A la uneLa chronique du fou

Depuis quelque temps, je voyais, dans la circulation, des véhicules ou motos fond jaune. Ce qui est inhabituel puisque jusque-là, je ne connaissais que les « fond » blanc, rouge, bleu et vert. Le jaune me paraissait totalement nouveau si fait que je me perdais en conjectures. Mais le 14 août dernier, le ministre des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Vincent Dabilgou, a éclairé ma lanterne, en apprenant à moi et à beaucoup d’autres Burkinabè, qu’il s’agit de nouvelles plaques d’immatriculation.

Autrement dit, il s’agit d’une modernisation des titres de transport, qui a engendré la mise en circulation de nouvelles cartes grises et le changement de plaques d’immatriculation. A en croire le ministre, cette opération permettra de lutter contre la fraude et l’insécurité. Ce qui n’est pas faux quand on sait que les anciennes cartes grises et les anciens permis de conduire, faisaient l’objet de contrefaçon et de falsification. Si fait que par moments, vous pouvez, en circulation, voir une moto ou un véhicule qui porte le même numéro d’immatriculation que le vôtre. Voyez-vous ?  Sur ce plan, je pense que le gouvernement a vu juste en procédant à un assainissement de la base de données des engins motorisés. Car, avant tout, cela entraînait une évasion des recettes fiscales.

Cela dit, je suis aussi d’accord avec le gouvernement lorsque, pour lutter contre la fraude et de nombreuses irrégularités, il annonce d’autres innovations touchant aux auto-écoles. Il est question d’un logiciel qui sera mis à la disposition des apprenants et qui sera directement rattaché au ministère des Transports.

L’opération ne permettra plus de reconnaître mes parents en circulation

Cela est d’autant plus nécessaire que la plupart de nos auto-écoles sont devenues des centres d’affaires où la recherche du gain a pris le pas sur l’essentiel qui est de former les gens à la conduite. Pour toutes ces raisons invoquées, je tire mon chapeau aux autorités qui, dans ce contexte d’insécurité généralisé, ont décidé de faire dans la prévention. C’est tout à leur honneur. Seulement, ce que le gouvernement ne dit pas et se refuse à dire, c’est que cette opération de mise en circulation de nouvelles cartes grises et de plaques d’immatriculation, est aussi une trouvaille qui va lui permettre d’élargir l’assiette fiscale. Il refuse de le reconnaître, mais on sait que derrière tout ça se cachent de petits calculs politiciens.

La preuve est que même ceux qui ont déjà des véhicules et motos immatriculés, vont encore mettre la main à la poche. Et ils ont jusqu’en 2023 pour s’exécuter. Pour autant que le gouvernement soit sincère et veuille prouver à l’opinion que son souci n’est pas de rechercher de l’argent, il pouvait demander à ces derniers de ne plus rien payer étant donné qu’ils sont déjà à jour. L’autre aspect lié à cette opération que je peux relever, c’est qu’elle ne permettra plus de reconnaître mes parents en circulation. Je le dis parce que les anciennes plaques d’immatriculation avaient cela de particulier qu’elles portaient des chiffres suivant le classement par ordre alphabétique, de nos provinces si fait que très facilement, on pouvait reconnaître qui vient d’où. Ce n’était pas aussi mauvais que cela. Mais maintenant que les choses se feront par région, ce n’est plus évident.

 

« Le Fou »