Services publics et privés : Après la fête, la reprise des activités au ralenti
Afrique

Services publics et privés : Après la fête, la reprise des activités au ralenti

espace libre

Services publics et privés : Après la fête, la reprise des activités au ralenti Bamako, 14 août (AMAP) Deux jours après la fête de Tabaski, les activités tournaient encore au ralenti dans la capitale malienne, où les services publics et privés, pour la plupart, ne fonctionnaient pas normalement. Presque partout, le constat était le même. Les bureaux étaient vides. Les rares endroits ou le personnel était sur place, l’affluence était timide.

Tôt le matin du mardi, la circulation présageait ce manque d’affluence des travailleurs dans les services. Le trafic était très fluide. Habituellement, aux premières heures du jour, les grandes artères de la ville grouillent de véhicules et de motos, chacun essayant de se frayer pour regagner tôt son lieu de travail. Tel n’était pas du tout le cas mardi. Dans nombre de services, les travailleurs n’étaient pas au poste. Les clients non plus n’étaient pas sortis de la torpeur de l’après fête. Point de foule aux guichets, dans les salles d’attente, à l’entrée des services et établissements qui reçoivent habituellement du monde.

C’était le cas à la Banque de développement du Mali (BDM) où l’affluence n’était pas du tout au rendez-vous. On pouvait compter les clients sur le bout des doigts. Les sièges réservés à la clientèle dans le hall étaient presque vides. Seules la première et la dernière rangée étaient occupées. Déjà, à l’entrée, un jeune homme nous a prévenu qu’il n’y avait pas assez de monde. A notre passage, seuls deux guichets fonctionnaient. Un seul s’occupait des opérations des clients. L’occupante de l’autre guichet était occupée à autre chose. Les employés qui remplissent les chèques se tournaient le pouce. Mamadou Diarra que nous avons rencontré sur place, nous a confié qu’il était venu pour un retrait car il était sans liquidités après les dépenses de la fête. Il s’est réjouit de la rapidité de l’opération de retrait. Il était soulagé de ne pas trouver beaucoup de monde dans la banque.

Dans les bureaux de Danaya voyage, il n’y avait personne. Ici, c’était portes closes ! Cet homme venu pour envoyer de l’argent à sa mère à La Mecque n’a pas trouvé d’interlocuteur.

Au Programme national de lutte contre le Paludisme au Mali (PNLP), les activités étaient également au ralenti. Mory Camara, qui pianotait sur le clavier de son ordinateur, a confirmé que le rédémarrage après la fête était lent. « On a l’impression que c’est une journée fériée », a concédé le chef du service de la communication du PNLP. Notre interlocuteur soutient que cela s’explique par le fait que les gens sont fatigués ou parce qu’ils sont allés fêter au village ou encore parce que les moyens de transport ont fait défaut. Il estime que tout le monde devrait être à son poste étant donné qu’il y a eu un jour férié.

Madani Coulibaly, chef d’agence de la Banque internationale du Mali (BIM), nous a certifié que son effectif était au complet. Mais les clients venaient au compte goutte. Au moment de notre passage, il n’avait pas encore enregistré 20 personnes.

Autre endroit autre constat. Sandjaba Kanouté avait les yeux rivés à son ordinateur. Il s’occupait de la répartition des bons d’essence des agents de l’Agence nationale pour la sécurité sanitaire des aliments (ANSSA). Il n’était pas le seul au poste. Des dames bien « sapées » se faisaient des vœux de « sambé sambé » dans la cour. Le directeur général tenait une réunion avec les chefs de division. Ici, le travail avait repris normalement. « On était tous dans le bureau du directeur général pour les traditionnels vœux de la fête, mais les chefs de division sont restés pour une réunion », nous a confié Sandjaba Kanouté.

Au Centre hospitalier universitaire (CHU) Gabriel Touré tout marchait normalement. Le chef du service de la communication, Adama Traoré, nous a assuré que tous les services fonctionnaient. Comme d’habitude, il y avait une très une grande affluence au niveau du bureau des entrées. Les cas d’accidents de la circulation enregistrés le jour de la fête étaient en train d’être pris en charge. Ils sont au total au nombre de 54. On constate une diminution du nombre par rapport à l’année dernière où on a dénombré 66 cas d’accident. Cette année, il n’y a eu aucun décès. Fort heureusement !

FN/MD (AMAP)

espace libre

Avec AMAP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.