mercredi, janvier 27, 2021
RDC : les magistrats décrètent un arrêt de travail dans les cours et tribunaux
Afrique

RDC : les magistrats décrètent un arrêt de travail dans les cours et tribunaux


RDC : les magistrats décrètent un arrêt de travail dans les cours et tribunaux

Les magistrats affiliés au Syndicat autonome des magistrats du Congo (SYNAMAC) ont décrété un arrêt de travail mercredi 31 juillet dans les cours et tribunaux de la République démocratique du Congo. Ils revendiquent l’amélioration de leurs conditions de travail.

« Il est temps que ce qui est promis soit réalisé. Il y a un tableau barémique que nous attendons être appliqué. Mais jusque-là, il y a un silence assourdissant tant du côté du gouvernement que de ceux qui nous gèrent au quotidien. Pourquoi ce tableau barémique n’a pas été appliqué ? Il y a un silence », s’étonne le président du SYNAMAC, le procureur Edmond Isofa.

Lors de son discours-bilan sur l’État de la nation en septembre 2011, l’ancien chef de l’Etat, Joseph Kabila, avait indiqué que le dernier salaire d’un magistrat était de 1 600 USD. Au lendemain de ce discours, les magistrats avaient déclenché une série de grèves pour exiger le paiement de ce barème, mais ce barème n’a jamais été appliqué.

Face à « ce silence », le procureur Edmond Isofa dit avoir échangé avec les magistrats qui ont décidé de décréter un arrêt de travail dénommé « palais sans toge »

Les magistrats ont déposé un mémorandum contenant leurs desiderata à la présidence de la République.

Selon le procureur de la République, Edmond Isofa, la réponse de la présidence de la république déterminera la suite de leur action.

« Je crois que c’est vrai, nous sommes d’accord avec le Président de la République qu’il faille combattre la corruption, la concussion, tous les maux qu’on reproche au pouvoir judiciaire. Mais il est temps quand même aussi que les choses changent dans la gouvernance du pouvoir judiciaire », a-t-il ajouté.

 



Avec Radio Okapi

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.