Internet : La réglementation au centre d’un Forum entre les acteurs
Afrique

Internet : La réglementation au centre d’un Forum entre les acteurs


espace libre

Internet : La réglementation au centre d’un Forum entre les acteursBamako, 11 juillet (AMAP) L’Autorité malienne de régulation des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication, et des postes (AMRTP) a organisé, jeudi,  à Bamako, l’atelier de validation des textes de création du Forum pour la gouvernance de l’Internet au Mali (FGI-Mali).

Initié par l’AMRTP et présidé par la ministre de l’Économie numérique et de la Prospective, Kamissa Camara, cet atelier d’un jour, a permis aux participants d’adopter des textes et de mettre en place la structure coordinatrice du FGI-Mali ou IGF-Mali, en anglais. Il permettra à terme, d’ouvrir le chapitre malien sur la gouvernance d’Internet

La ministre de l’Économie numérique et de la Prospective a indiqué que les questions liées à l’utilisation de l’Internet constituent, de nos jours, des enjeux majeurs pour le développement de toute nation. « Les ignorer reviendrait, selon Kamissa Camara, à fermer les portes du développement, voire du développement durable. «De nos jours, une partie de nos vies se joue en ligne et de ce fait il est important non seulement que les acteurs intervenant soient identifiés mais aussi que les règles qui les sous-tendent soient définies et applicables à tous», a argumenté la ministre chargé de l’Économie numérique. C’est pourquoi son « département et l’AMRTP travaillent pour la définition d’un cadre règlementaire qui permettra d’optimiser l’utilisation de l’internet », a-t-elle assuré.

Poursuivant, la chef du département en charge de l’Economie numérique et de la Prospective ajoutera que la cybercriminalité est l’un des défis majeurs d’aujourd’hui, « mais nous ne pouvons pas établir cette réglementation sans rassembler toutes les parties prenantes, afin de convenir d’un certain nombre de règles qu’il va falloir établir ». L’effet recherché est, selon elle, de permettre aux consommateurs et aux autres usagers d’utiliser l’Internet comme il se doit et obtenir tous les bénéfices liés à l’utilisation de l’Internet. «Que cela se passe dans un cadre qui permet la protection de leurs données et de leur vie privée», insistera Mme Camara.

À la fin des travaux, une plateforme de discussions, d’harmonisation des points de vue et d’échanges d’information sera créée «pour le plus grand bénéfice du Mali que nous voulons émergent et gagnant». Pour ce faire, «si le FGI n’a pas de pouvoir de décision, il a toutefois la latitude d’attirer l’attention des décideurs sur les politiques et stratégies à mettre en œuvre pour le développement du secteur, mais aussi celle des acteurs de tous bords sur les enjeux qui relèvent de leur domaine de compétence», a noté la ministre.

Elle a ajouté que le gouvernement, sous l’autorité du chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta, a engagé des réformes profondes du secteur des télécommunications et des TIC. Ces réformes ont permis la création d’un environnement rénové, dynamique, compétitif et ouvert, comme la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire propice au développement des TIC.

A cet effet, Dr Alioune Badara Traoré, membre du Conseil de régulation chargé des TIC,  a dit espérer que l’IGF Mali jouera pleinement son rôle dans l’écosystème numérique, qui consiste à créer un espace de concertation multi acteurs et en s’érigeant en instrument de réflexion sur les politiques de gouvernance de l’Internet. L’objectif étant de favoriser la viabilité, la sécurité, la stabilité et le développement de l’internet. Il s’agit, aussi, selon lui, de favoriser le dialogue entre tous les acteurs, insérer notre pays dans le processus de prise de décision sous régionale, régionale et mondial dans toutes les questions liées à l’Internet.

BBC/MD (AMAP)

 

 

 

espace libre


Avec AMAP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.