Gabon: Des opposants exigent (une fois de plus) la vacance de pouvoir
Gabon

Gabon: Des opposants exigent (une fois de plus) la vacance de pouvoir

espace libre

Gabon: Des opposants exigent (une fois de plus) la vacance de pouvoir

Le débat autour de la situation institutionnelle de pays semble encore regagner en intensité, surtout après les propos décriés de Jean-Remy Yama et la toute récente sortie du Premier ministre sur le sujet. Une sortie à l’occasion de laquelle Julien Nkoghe Bekale a réaffirmé que le Chef de l’État « se porte bien » et « qu’il n’y aura pas de vacance de pouvoir ».

En dépit de la clarté et de la fermeté de ce propos, comme  en proie à une sorte de « jusqu’au-boutisme qu’ils estiment « patriotique » et « républicain », des représentants de trois partis de l’opposition, ce mercredi 10 juillet, au cours d’une conférence de presse conjointe, on remis une couche supplémentaire dans cette discussion épineuse. Composé du president de l’ARENA,

Richard Moulomba Mombo, du 

RPM d’Alexandre Barro Chambrier représenté par le député de ce parti, Edgard Owono, et du

7MP, ce trio n’a pas fait moins que d’exiger à nouveau l’entrée en vigueur des dispositions constitutionnelles qui régissent la vacance de pouvoir en Republique gabonaise.

Surfant sur des rumeurs et autres croyances populaires sur fond de complotisme quant à la santé d’Ali Bongo Ondimba, les intervenants ont fait état de leurs « doutes », non sans les présenter comme en phase avec les questions que se poseraient les populations par rapport à cette préoccupation. Cette déclaration a été également l’occasion pour ce « triumvirat » circonstanciel de réaffirmer son soutien au President de Dynamique unitaire qui fait l’objet d’éventuelles poursuites judiciaires par le gouvernement, en raison de ses affirmations relatives au Chef de l’État, considérées par les autorités comme constitutives du délit de propagation de fausses nouvelles.

espace libre

Avec Investir Gabon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.