A la uneBaromètre

« Si le DG ne part pas, nous aussi … », selon le SG SYNTRAPOST

Les agents de La Poste Burkina Faso (ex-Société nationale des postes au Burkina (SONAPOST) sont en grève depuis le 6 mai 2019 pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail à travers l’adoption d’un statut du personnel. Au dernier jour de cette grève de 72 heures, soit le mercredi 8 mai dernier, le directeur général de la société a été hué et chassé par ses agents grévistes. Les raisons de la crise de confiance entre le personnel de La Poste Burkina Faso (LA POSTE BF) et son directeur général ont été expliquées aux femmes et hommes de médias le 14 mai 2019 à la bourse du travail de Ouagadougou.

Le directeur général de La Poste Burkina Faso (La Poste BF) s’est vu expulsé de son bureau le mercredi 8 mai 2019 par les travailleurs de cette société d’Etat. Une semaine après ce malheureux incident, le Syndicat des travailleurs de la poste (SYNTRAPOST) était face à la presse pour, dit-il, expliquer au peuple burkinabè, les raisons de la crise. Selon les animateurs de la conférence de presse, le DG gère mal les ressources financières et humaines de l’entreprise. Pour mettre fin à cela, ils exigent le départ pur et simple du DG Nabi Issa Coulibaly de la tête de la nationale des postes en ces termes : «Considérant l’incident du 8 mai 2019, considérant le déficit de management de Nabi Issa Coulibaly, considérant le mépris du directeur général à l’endroit du métier de postier, considérant la détérioration du climat social, considérant la rupture totale de confiance, le personnel de la Poste sollicite le départ de Nabi Issa Coulibaly pour un lendemain meilleur de La Poste Burkina Faso.(….) Comme c’est une guerre de communication, on tente de mettre la population sur notre dos. C’est pourquoi nous faisons ces révélations à l’opinion. Qu’elle comprenne que nous travaillons à sauver une entreprise. Nous travaillons à sauver le Burkina. Si les gouvernants veulent sacrifier plus de 120 familles, si les autorités veulent sacrifier une entreprise stratégique comme la poste, si les autorités veulent sacrifier l’économie du pays pour sauver un individu, je crois que des gens auront à répondre devant l’histoire. Maintenant, si le DG ne part pas, nous aussi on est là », a déclaré le SG SYNTRAPOST, Gilbert Goh.

La gestion de l’entreprise

Sur ce chapitre, Nabi Issa Coulibaly est accusé de non-respect du principe de la continuité de service par les travailleurs. En effet, disent-ils, dès sa prise de fonction en 2017, ce dernier a suspendu tous les chantiers de construction de nouvelles agences dont le but est d’étendre le réseau postal afin de satisfaire l’exigence de service public et de désenclavement du territoire national. Après sa prise de fonction, confie Gilbert Goh, le DG a laissé deux véhicules « en très bon état » à sa disposition pour un autre acquis par crédit-bail. Pire, pendant qu’il décrie l’utilisation des bons de caisse, il s’est lui-même octroyé un bon de 100 millions de F CFA.  « Lors d’un contrôle, les inspecteurs techniques qui étaient de cette mission ont constaté que le DG avait fait un bon pour prendre 100 millions de F CFA dans les caisses du chef d’agence. Cette pratique est irrégulière. Elle est même bannie dans notre contexte. Il peut y avoir une dépense mais il y a une procédure. Malheureusement, le premier responsable de l’entreprise qui connaît bien les règles en la matière, a brûlé toutes les étapes et a pris 100 millions de F CFA dans les caisses d’agence. Nous ne savons pas pourquoi il l’a fait, mais c’est un fait réel et vérifiable. Si c’était pour des dépenses de l’entreprise, il allait engager la procédure normale jusqu’au décaissement », a déploré le secrétaire général, Gilbert Goh. Pendant que le DG Nabi Issa Coulibaly prône une gestion rationnelle des ressources financières et dit n’autoriser que des dépenses essentielles, il engage plus de 300 millions de F CFA pour un changement inopportun d’identité visuelle, de dénomination et de logo qui n’apporte aucune valeur ajoutée. «Nous sommes convaincus que ce que nous allons engranger ne peut atteindre le 10e de ce que nous avons investi. Si on avait injecté cet argent pour créer de nouveaux produits, ou relancer les produits qui ne sont pas connus, on pouvait attendre un retour sur investissement », a-t-il dit. Et ces dépenses sont réparties comme suit, selon le SG Gilbert Goh : Etude et changement de dénomination, 120 millions de F CFA ; publicité et communication : 98 millions de F CFA ; changement des imprimés, 97 millions de F CFA. Il est aussi reproché au DG de La poste BF d’avoir adopté un nouvel organigramme de la société en ignorant celui du statut du personnel sans oublier le changement continu des membres de son équipe de direction. « Au dernier renouvellement de 2019, on constate la présence de personnes de moralité douteuse à des postes stratégiques. Pour preuve, le secrétaire général actuel est impliqué dans la perte de neuf (9) milliards de F CFA dans l’affaire « Money Express » et le directeur en charge du patrimoine est reconnu coupable de plusieurs cas de malversations », a relevé le SG du SYNATRAPOST.

Gestion des ressources humaines

En plus de sa mauvaise gestion des ressources financières, les animateurs de la conférence ont déploré la gestion des ressources humaines du DG Nabi Issa Coulibaly. A en croire le SG, Gilbert Goh, ce dernier a qualifié les diplômes du métier postal délivrés par l’Ecole nationale des Postes (ENAPOSTE) et l’Ecole multinationale supérieure des Postes (E.M.S.P) d’Abidjan de simples attestations de stage. Pire, estime le SG, Pendant que le DG demande au personnel de lui accorder une année d’exercice avant d’envisager la satisfaction éventuelle de leurs revendications, il a lui-même sollicité auprès du Conseil d’administration, une augmentation de sa rémunération et autres avantages liés à sa fonction. A cela, il faut ajouter son abus d’autorité dans le cadre de l’évaluation annuelle des travailleurs, le refus de tenir une session régulière de la commission d’affectation en 2018. Et d’ajouter : « Les sollicitations des agents n’ont pas été prises en compte et les affectations ont été faites par copinage. C’est sous la gouvernance du DG Nabi Issa Coulibaly que nous avons connu des intérims de plus d’une année. »

Issa SIGUIRE

 

Les avantages du DG Nabi Issa Coulibaly, selon le SG Gilbert Goh

Une indemnité de transport de 200 000 F CFA par mois est versée à Nabi Issa Coulibaly alors qu’il dispose d’un véhicule de fonction dont la dotation en carburant est de l’ordre de 110 litres par semaine à la pompe d’essence de l’entreprise.
Une carte TOMCARD créditée mensuellement à hauteur de 300 000 F CFA.
Pendant qu’il prône fortement les formations sur place ou en ligne, il a suivi une formation d’une semaine au Canada dont le thème est « Leadership éthique, sens politique et pouvoir d’influence » qui a couté une dizaine de millions de F CFA à l’entreprise. La formation a été organisée par un cabinet dont le siège se trouve sur place à Ouagadougou.

Sources : déclaration du SG Gilbert Goh