Afrique

Gabon : Des nombreuses interrogations face au cratère devant la Smag


espace libre

Le cratère devant la Smag à Libreville

Partagez!

Pour les automobilistes et les populations qui empruntent la voie menant de l’Echangeur de Lalala au quartier Soduco (Libreville), l’incompréhension est à son comble face au cratère qui se développe à l’entrée principale de la Société meunière et avicole du Gabon (Smag). D’où les nombreuses interrogations.

La présence sur cette route d’un cratère, devant l’entrée principale de la Smag, constitue un casse-tête et donne du fil à retordre aux usagers.

Ce cratère gêne énormément la circulation à toute heure du jour comme de la nuit, avec en prime la formation d’une longue file de véhicules, histoire de se céder inversement le passage.

Du coup, les interrogations fusent de toutes parts quant à l’indifférence avec laquelle tout le monde regarde cette situation sans s’en émouvoir.

A en croire certaines sources, vu son caractère communal, cette voie serait du ressort et engagerait normalement la responsabilité communale, donc l’Hôtel de ville de Libreville.

Cependant, compte tenu de la crise que traverse le pays et qui n’épargne pas du tout les instances locales, l’on s’interroge si la solution pour boucher cet immense trou ne peut pas être trouvée sur fond d’initiative privée.

Du genre de ce que l’on voit par exemple lors de la journée citoyenne qui intervient tous les premiers samedis du mois.

Il n’est pas rare en effet de voir ce genre de tracasseries connaitre un dénouement heureux grâce à la bonne volonté des acteurs ou des initiatives privés.

Parfois, dans un élan purement citoyen, des simples badauds s’engagent et procèdent à la réparation des cratères avec l’implication des automobilistes contre le versement d’une pièce symbolique.

On l’a déjà vu à Angondjé, Glass ou ailleurs. Pourquoi pas cette fois-ci sur cette voie à travers laquelle passent des nombreuses populations habitant ce quartier populeux de la capitale qui abrite aussi en son sein quelques entreprises commerciales ou unités semi-industrielles dont la Smag.

Pour d’aucuns, en l’absence des pouvoirs publics, en tant qu’entreprise commerciale, la Smag doit se sentir la première concernée pour prendre à bras le corps cette situation qui n’est pas sans incidence pour son image de marque.

« L’attitude et le laisser-aller de la Smag parait pour le moins curieuse ; comment peut-elle montrer de l’indifférence et rester sans initiative face à ce cratère qui se trouve juste devant son entrée principale ; Elle devrait se sentir concernée au premier chef principalement pour soulager ses propres chauffeurs et d’autres clients pour leur rendre l’accès facile à ses installations », a soutenu un habitant vivant dans le périmètre.

 Et d’ajouter : « Si elle avait la vocation d’une entreprise citoyenne, elle aurait tout à gagner de soulager les usagers même avec quelques sacs de ciment pour fermer ce cratère ».

Cette interpellation vaut autant pour d’autres coins de la capitale, comme à Nzeng-Ayong devant le Cecado ou ailleurs, qui font exactement face à la détérioration avancée de la chaussée transformée en nids de poules, cratères ou pistes d’éléphants source d’ennuis pour les automobilistes qui se retrouvent ainsi obligés de slalomer au moment de franchir ce genre de parcours. Renforçant par ricochet le risque d’accidents de circulation évitables.

LIRE AUSSI Gabon : le 1er mai sous le signe du dialogue social



espace libre


Avec Afric Telegrah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.