LEANDRE BASSOLE, PRESIDENT DU HCRUN« Initialement, beaucoup de gens avaient une vision étriquée du HCRUN mais… »
Afrique

LEANDRE BASSOLE, PRESIDENT DU HCRUN« Initialement, beaucoup de gens avaient une vision étriquée du HCRUN mais… »


espace libre

LEANDRE BASSOLE, PRESIDENT DU HCRUN« Initialement, beaucoup de gens avaient une vision étriquée du HCRUN mais… »

 

Une délégation du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN), avec à sa tête son président, Léandre Bassolé, a été reçue en audience, le 5 avril 2019, au palais de Kosyam par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. L’objectif était de remettre le rapport d’activités 2018 de l’institution au chef de l’Etat.

Chaque année, le HCRUN se doit de remettre son rapport d’activités au chef de l’Etat. C’est à cet exercice que l’institution s’est soumise le 5 avril dernier, en remettant son rapport d’activités 2018 au président du Faso. « Ces activités sont en lien direct avec notre mission. Il s’agira de continuer, comme nous l’avons fait durant l’année écoulée, de travailler à la sensibilisation de nos populations sur notre mission, de faire en sorte que cette mission qui est de travailler à la cohésion sociale, à la réconciliation nationale, soit partagée, mieux perçue par nos populations et que nous puissions faire en sorte que chacun, quels que soient le niveau, l’endroit où il se trouve, puisse se sentir concerné par cette réconciliation nationale qui, du reste, nous croyons que tous les Burkinabè attendent de leur vœu. Ce sont ces activités que nous avons partagées avec le président du Faso et que nous comptons poursuivre et renforcer. Evidemment, nous avons aussi échangé sur la question de comment nous procédons, c’est-à-dire la méthodologie qui est la nôtre pour conduire ces activités. Enfin, nous avons partagé avec le chef de l’Etat, nos relations avec d’autres partenaires, pas forcément à l’intérieur de notre pays, qui sont là pour nous appuyer dans notre mission. Nous avons évoqué ce que nous avons pu établir, l’année écoulée, comme relations avec les uns et les autres (médias, OSC, victimes, etc.) », a détaillé le président du HCRUN, Léandre Bassolé, à l’issue de l’audience. Selon lui, la mission de l’institution n’était pas bien cernée au départ par les uns et les autres, mais les différentes actions et sensibilisations ont permis de résoudre cette question. « Initialement, quand vous regardez, beaucoup de gens avaient une vision étriquée de la mission du HCRUN parce qu’ils la percevaient juste à travers le prisme du traitement de leurs dossiers.

Mettre des garde-fous

Avec la sensibilisation, nous avons fait comprendre aux uns et aux autres qu’en réalité, en traitant les dossiers, eux doivent apparaître comme des ambassadeurs acquis au processus de la réconciliation et de la cohésion sociale… Je crois que beaucoup comprennent maintenant que quand ils viennent à nous, ce n’est pas seulement pour qu’on traite leur dossier et leur dire à la fin qu’il y a telle indemnisation pour eux. Nous avons, de ce point de vue, engrangé une sorte de succès qui nous donne satisfaction », s’est réjoui M. Bassolé.  Par ailleurs, il a laissé entendre que lorsque l’institution aura fini sa mission, à savoir épuiser, traiter tous les dossiers qui lui ont été confiés, celle-ci formulera des recommandations. « Nous devons travailler à faire en sorte que ce qui nous a conduits à là où nous sommes aujourd’hui, c’est-à-dire aux violations des droits humains qui ont progressivement détruit le tissu social et notre goût de vivre-ensemble, nous trouvions des garde-fous pour nous assurer que plus jamais cela ne se reproduise encore. Nous devons mettre des garde-fous qui empêchent désormais, qui que vous soyez, de poser des actes destructeurs de cette cohésion sociale. Nous pensons à l’écriture de la mémoire et comme je viens de le dire, il nous faut travailler à laisser une mémoire pour que, que ce soit nous, nos enfants ou nos arrière-petits-enfants, ils sachent qu’à un certain moment de notre histoire, nous avons eu des difficultés, nous nous sommes blessés, mais que nous avons été capables d’aller chercher au plus profond de nous-mêmes des raisons de dépasser ces moments douloureux et de retrouver le goût de vivre-ensemble et de nous réconcilier ».

Colette DRABO

espace libre


Avec lepays.bf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.