RDC: une ONG accuse un général de trafic de permis forestiers
Afrique

RDC: une ONG accuse un général de trafic de permis forestiers

espace libre

RDC: une ONG accuse un général de trafic de permis forestiers
RDC: une ONG accuse un général de trafic de permis forestiers

Un très haut général, sanctionné pour atteinte aux droits de l’homme, a vendu des permis forestiers illégaux en République démocratique du Congo, qui abrite la deuxième forêt tropricale la plus grande au monde, a accusé mardi l’ONG britannique Global Witness.

Dans un communiqué de presse, l’ONG vise « le général Gabriel Amisi Kumba (alias Tango Four) », un proche de l’ex-président Joseph Kabila, « sanctionné par l’UE et les États-Unis » pour atteinte aux droits de l’homme.

« La famille d’Amisi a obtenu cinq concessions forestières en juin 2018, ce qui constitue une violation du moratoire sur l’attribution de concessions forestières industrielles, en vigueur depuis plusieurs années en RDC », détaille Global Witness, qui cite la société de la famille Amisi, Maniema Union 2.

« En quelques semaines, la famille d’Amisi avait revendu la société et ses permis à Lei Hua Zhang, un géant du bois chinois qui détient une grande société forestière entourée de mystère en RDC », selon Global Witness, qui ne donne aucune indication de superficie ni de lieu précis.

« Il est crucial que le secteur du bois congolais soit géré en toute transparence afin que les activités forestières menées dans l’une des forêts les plus importantes au monde pour la régulation du climat ne se poursuivent pas sans surveillance efficace, car les conséquences seraient dévastatrices », indique un chargé de campagne de l’ONG, Peter Jones.

La RDC est le plus vaste pays d’Afrique sub-saharienne (2,3 millions de km2), dont environ les 2/3 (1,55 million de km2) sont couverts par les forêts du bassin du Congo.

Sur cette superficie, environ 7% (110.000 km2) sont concédés à des exploitants, selon les chiffres de la Fédération des industriels du bois (FIB).

Les autorités congolaises dénoncent régulièrement les « mensonges » des ONG étrangères. Kinshasa les accuse de vouloir déstabilier la RDC pour permettre aux puissances étrangères de faire main-basse sur les richesses du pays.​

Que pensez-vous de cet article?

espace libre

Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.