La Côte d'Ivoire renforce les droits de la femme
Actualité

La Côte d'Ivoire renforce les droits de la femme

espace libre

Ivoiriennes préparant la semoule de manioc pour l’attiéké, à Abidjan, le 22 mai 2018.

Le gouvernement ivoirien a adopté quatre projets de loi visant à renforcer les droits de la femme, souvent lésée dans la succession après le décès du mari ou des parents.

“Conformément aux principes de non-discrimination et de l’égalité homme-femme, il y aura le renforcement de l’égalité entre l’homme et la femme dans le mariage” avec “la prise en compte effective de l’intérêt supérieur de la famille”, avait annoncé le porte-parole du gouvernement Sidi Tiémoko Touré, à l’issue du conseil des ministres du 27 mars dernier.

Parmi les innovations introduites, le rang successoral du conjoint survivant: “le conjoint survivant bénéficie désormais d’une part non négligeable des biens de son conjoint décédé”, a-t-il dit.

Ces nouvelles dispositions, quoique bénéficiant indistinctement à l’homme et à la femme, doivent mettre fin à des pratiques traditionnelle généralement cas défavorables à la femme.

“Les arrangements qui font souvent du mal à une femme qui après avoir bâti un foyer avec son mari se retrouve expulsée de sa maison” ne seront désormais plus tolérés, a souligné Sidi Tiémoko Touré, évoquant “une forte avancée dans notre système de la régulation de la famille”.

La loi “prévoit également la gestion conjointe des biens du ménage”, et “la distance d’âge entre l’homme et la femme pour le mariage a été supprimée”, a précisé le porte-parole. Désormais, femme et homme doivent avoir 18 ans pour se marier alors que jusqu’ici l’homme devait attendre 21 ans tandis que la femme pouvait se marier dès 18 ans.

    espace libre

    Avec VOA Afrique

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.