vendredi, février 26, 2021
ZEPHIRIN DIABRE, PRESIDENT DE l’UPC  « Si l’UPC parvient au pouvoir (…), ceux qui sont à l’extérieur pourront rentrer»
Afrique

ZEPHIRIN DIABRE, PRESIDENT DE l’UPC « Si l’UPC parvient au pouvoir (…), ceux qui sont à l’extérieur pourront rentrer»



ZEPHIRIN DIABRE, PRESIDENT DE l’UPC  « Si l’UPC parvient au pouvoir (…), ceux qui sont à l’extérieur pourront rentrer»

Le président du parti du lion, Zéphirin Diabré, a rencontré le samedi 2 mars 2019 à Gaoua les membres des structures de base de son parti. L’objectif de cette rencontre est de faire connaissance avec les responsables de ces structures et de définir les stratégies à mettre en œuvre pour les échéances électorales à venir. Il était accompagné dans ce déplacement par des membres du bureau politique national, des élus nationaux et locaux.

C’est l’amphithéâtre de l’ENEP de Gaoua qui a servi de cadre d’échanges entre les responsables des structures de base, à savoir les sous-sections et la section de la province du Poni, et le Président de l’UPC. « Nous sommes ici comme nous avons été récemment à Kombissiri et à Kongoussi pour rencontrer les structures déconcentrées du parti. Chaque parti a sa structuration. Nous, nous le sommes des villages à la province avec des comités de base au niveau des villages, des sous-sections au niveau des communes, des sections au niveau des provinces et fédérations au niveau des régions. Une fois que ces structures ont été mises en place dans le cadre de la préparation du congrès qui a eu lieu l’année passée, il nous est apparu opportun de venir sur le terrain pour les rencontrer », a expliqué Zéphirin Diabré. Il vise, à travers cette rencontre, deux objectifs principaux : faire connaissance avec les membres nouvellement élus des structures, leur transmettre un certain nombre de messages et arrêter avec eux les stratégies de combat appropriées pour que le parti vole de victoires en victoires. La province du Poni avec ses 10 communes, est un bastion de l’UPC. «  Le Poni est une province que nous connaissons bien parce que depuis 2010 que nous avons créé le parti, nous l’avons implanté ici. En 2012, nous avons eu un député et en 2015, nous avons eu encore un député. Aux élections présidentielles, nous avons fait jeu égal, sinon nous avons supplanté le parti au pouvoir », a dit le président du parti du lion. L’UPC entend consolider ses acquis dans cette province et dans les autres provinces du pays, d’où la joie de son président au vu de la mobilisation du jour. « Nous continuons à élargir notre base pour qu’en 2020, notre parti soit plus fort qu’en 2015. C’est dire donc notre satisfaction de vous voir rassemblés ici ce matin, ce qui témoigne de votre engagement indéfectible pour la cause du parti du grand lion », a-t-il laissé entendre. Cette rencontre sera aussi l’occasion pour les militants du parti du lion d’échanger sur la situation nationale. Pour Zéphirin Diabré, la situation nationale est préoccupante. « Le MPP et ses alliés ont, en trois ans, réussi la prouesse de pousser le Burkina Faso vers le chaos. C’est le plus grand échec politique que l’on n’ait enregistré depuis l’indépendance. Sur le plan sécuritaire, après trois ans, ce sont les mêmes tâtonnements et les mêmes hésitations que l’on constate », s’est offusqué Zéphirin Diabré. Il s’est dit également indigné par rapport à l’interview que le président du Faso a accordée à une chaîne étrangère et où il a affirmé avoir rencontré des terroristes. Pour lui, il a révélé un secret d’Etat car un président ne rencontre pas des terroristes. Il a poursuivi en soutenant que le MPP a échoué dans tous les compartiments en égrenant les griefs qu’il retient contre ce parti. Qu’il s’agisse de la gouvernance, de la gestion financière, de la lutte contre la corruption, de l’éducation, même de l’image du pays à l’étranger, tous les voyants sont au rouge. De ce fait, l’UPC apparaît comme une alternative. « Les yeux des Burkinabè sont tournés vers notre parti, l’espoir des Burkinabè repose sur l’UPC. Ils se rendent compte aujourd’hui que nous sommes la seule force capable de prendre le pays en main, de le gouverner méthodiquement, clairement. Je le dis pour plusieurs raisons parce que l’UPC est une force neuve, elle n’a pas de passif ». En plus, le parti du lion pourrait se poser en médiateur pour apaiser les tensions sociales. « Tout le monde sait que le pays est divisé, meurtri, il est au bord de l’implosion sociale. Notre démarche politique a montré que nous sommes de grands réconciliateurs. Hier, nous étions le chef de file d’une opposition dans laquelle la majorité actuelle siégeait ; aujourd’hui, nous sommes le chef de file d’une opposition dans laquelle l’ancienne majorité siège. Nous sommes le seul parti capable de parler au MPP à gauche et au CDP à droite. Si l’UPC parvient au pouvoir, personne ne va quitter le pays et ceux qui sont à l’extérieur vont rentrer pour que nous puissions construire le pays ensemble », a argumenté Diabré. A l’entame de cette rencontre, une minute de silence a été observée en mémoire des forces de défense et de sécurité tombées sous les balles assassines des terroristes. Après Gaoua, Zéphirin Diabré rencontrera, le dimanche 3 mars 2019, les structures de base de la Bougouriba toujours avec le même message.

Dar Flavien DA
(Correspondant)



Avec lepays.bf

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.