DESIGNATION DE MEMBRES DU COLLEGE DE CONSEILLERS DU CSC   :  Des associations patronales des médias rassurent l’AJB et le SYNATIC
Afrique

OPERATION BILLETAGE DANS LA COMMUNE DE OUAGADOUGOUA : la traque des travailleurs fictifs


espace libre

OPERATION BILLETAGE DANS LA COMMUNE DE OUAGADOUGOUA : la traque des travailleurs fictifs

 

La commune de Ouagadougou a procédé, du 26 mars au 12 Avril, à l’opération de billetage de ladite commune. Le lancement de cette opération a eu lieu le mardi 26 mars 2019 par le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé, à la direction générale des services techniques municipaux. Il était entouré de ses proches collaborateurs dont la directrice générale des ressources de la commune, Sylvie Ouoba/Somé.

Dans le souci d’assainir le fichier du personnel communal, la direction générale des ressources de la commune de Ouagadougou procède à une opération billetage. Cette opération a été officiellement lancée par le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé, le mardi 26 mars 2019 à Ouagadougou. Celle-ci se déroulera jusqu’au 12 avril prochain. Le maire Armand Beouindé a laissé entendre lors de la cérémonie de lancement que «  nous avons été tous , en tant qu’employés de la commune de Ouagadougou, convoqués par la direction générale des ressources afin de pouvoir toucher nos indemnités et autres revenus en casch » . A l’entendre, l’objectif de cette opération de caisse est d’assurer la bonne gouvernance au niveau de la commune. Selon Armand Pierre Béouindé, la commune de Ouagadougou compte 1800 agents, et il y a des départs à la retraite et des carrières à reconstituer. Et il poursuit que « quand on gère un nombre d’employés et d’agents aussi important, pour un souci de bonne gouvernance, on est souvent obligé de passer par ce procédé (billetage) ». Toute chose qui permettra, de l’avis du premier responsable de commune, «  de se rassurer que ceux qui touchent leur salaire sont bien ceux à qui on doit virer le salaire ». Autrement dit, à travers cette opération, la mairie de Ouagadougou entend démasquer les travailleurs fictifs et à l’opposé, rétablir d’éventuelles personnes lésées dans leurs droits. « Et il n’y a pas d’autres moyens pratiques aujourd’hui que le billetage », a martelé le maire. En effet, selon la directrice générale des ressources humaines de la commune de Ouagadougou, Sylvie Ouoba/Somé, l’opération billetage permet de corriger les imperfections dans les rémunérations du personnel. Cette opération est une mesure à répercussion positive sur la gouvernance financière de la commune, dit-elle, car elle oblige l’agent à se présenter lui-même physiquement pour toucher son salaire ou ses indemnités après avoir rempli au préalable une fiche individuelle de renseignement, signée du supérieur hiérarchique.  L’objectif visé est de permettre de faire une revue des rémunérations, une revue des présences et un assainissement du fichier de la solde. Mieux, le billetage permet de détecter les imperfections dans les rémunérations de tous ceux qui émargent au budget de la commune et permettra d’apporter les correctifs nécessaires au fichier de la solde après l’opération. Les employés concernés par cette opération ont deux semaines pour se présenter dans un des quatre sites de paie. Et ceux qui ne se présenteront pas dans le délai requis, devront subir les conséquences qui pourraient aller jusqu’au licenciement ou être considérés comme des auteurs d’abandon de poste. Les sites de paie sont la direction générale des services techniques municipaux de Ouagadougou, la direction générale de la police municipale de la maison des jeunes Jean Pierre Guingané et le centre d’accueil pour entreprises. Selon la directrice des ressources humaines de la commune, les personnes concernées par l’opération sont entre autres les agents communaux et ceux de l’Etat mis à la disposition de la commune, les élus tels que les conseillers municipaux, les maires et leurs adjoints ainsi que les officiers de l’état civil.

SANON Rahamatou (collaboratrice)

espace libre


Avec lepays.bf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.