Angèle Makombo : « La femme congolaise est absente au niveau des instances de prise des décisions »
Afrique

Angèle Makombo : « La femme congolaise est absente au niveau des instances de prise des décisions »

espace libre

Angèle Makombo : « La femme congolaise est absente au niveau des instances de prise des décisions »

La femme congolaise est absente au niveau des instances de prise des décisions. C’est ce qu’estime Angèle Makombo, présidente du parti politique Ligue des démocrates congolais (LIDEC). A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Angèle Makombo qu’en RDC, il reste beaucoup à faire pour l’autonomisation, la participation politique et la promotion des femmes.

La présidente de LIDEC appelle les autorités congolaises à mettre en œuvre tous les textes ratifiés pour l’avancement de la cause de la femme.

« La femme congolaise est absolument absente au niveau des instances de prise des décisions. C’est vraiment regrettable. Dans le gouvernement sortant, on avait 59 ministres, à peine on comptait 7 femmes. A l’Assemblée nationale, à peine 10% des femmes, au Sénat 8% des femmes, à la Cour constitutionnelle aucune femme. C’est peut-être seulement au Conseil économique et social, institution à laquelle je suis fière d’appartenir, où il y a environ 18% des femmes. C’est un bilan plus que mitigé », s’indigne Angèle Makombo.

Elle reconnait quand même certaines avancées en ce qui concerne le domaine éducatif.

« Il ne faut pas nier qu’il y a eu des avancées. Les femmes congolaises vont de plus en plus à l’école, elles sont instruites, elles sont dans tous les secteurs d’activités », reconnait Angèle Makombo.

Angèle Makombo : « La femme congolaise est absente au niveau des instances de prise des décisions »

La femme congolaise est absente au niveau des instances de prise des décisions. C’est ce qu’estime Angèle Makombo, présidente du parti politique Ligue des démocrates congolais (LIDEC). A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Angèle Makombo qu’en RDC, il reste beaucoup à faire pour l’autonomisation, la participation politique et la promotion des femmes.

La présidente de LIDEC appelle les autorités congolaises à mettre en œuvre tous les textes ratifiés pour l’avancement de la cause de la femme.

« La femme congolaise est absolument absente au niveau des instances de prise des décisions. C’est vraiment regrettable. Dans le gouvernement sortant, on avait 59 ministres, à peine on comptait 7 femmes. A l’Assemblée nationale, à peine 10% des femmes, au Sénat 8% des femmes, à la Cour constitutionnelle aucune femme. C’est peut-être seulement au Conseil économique et social, institution à laquelle je suis fière d’appartenir, où il y a environ 18% des femmes. C’est un bilan plus que mitigé », s’indigne Angèle Makombo.

Elle reconnait quand même certaines avancées en ce qui concerne le domaine éducatif.

« Il ne faut pas nier qu’il y a eu des avancées. Les femmes congolaises vont de plus en plus à l’école, elles sont instruites, elles sont dans tous les secteurs d’activités », reconnait Angèle Makombo.

 

espace libre

Avec Radio Okapi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.