mardi, mai 26, 2020
DOMBA JEAN MARC PALM, PRESIDENT DU HCDS :  « Nous sommes d’accord qu’on nous critique mais que cela se fasse sur des bases saines »
Afrique

DOMBA JEAN MARC PALM, PRESIDENT DU HCDS : « Nous sommes d’accord qu’on nous critique mais que cela se fasse sur des bases saines »


espace libre

DOMBA JEAN MARC PALM, PRESIDENT DU HCDS :  « Nous sommes d’accord qu’on nous critique mais que cela se fasse sur des bases saines »

La 1re session extraordinaire du Haut conseil du dialogue social (HCDS) s’est ouverte le 19 février 2019, à son siège à Ouagadougou, jusqu’au 22 février.  Pendant 4 jours, les membres en plénière vont examiner et adopter le programme d’activités de l’institution.

 

Déployer des mécanismes d’intervention sur le terrain, donner sa contribution à l’avènement d’un climat de paix durable et de quiétude et s’implanter dans l’univers des institutions du pays. C’est, entre autres, le contenu du plan d’actions qui sera examiné et adopté en session plénière par les membres du HCDS au cours de la session extraordinaire. Débutée le 19 février, cette session extraordinaire, selon le président de l’institution, Domba Jean Marc Palm,  a pour objectif de parachever les instruments de pilotage et d’action du HCDS. En effet, a-t-il expliqué, le plan d’actions est le support le plus important à l’accomplissement des différentes missions qui permettront de nous rendre crédibles aux yeux des Partenaires techniques et financiers (PTF). En ce sens, a-t-il toujours poursuivi, il fixe, oriente et guide les actions sur le terrain politique, économique et social. Souvent accusé de ne pas mener des actions concrètes sur le terrain, le président a laissé entendre : « nous sommes d’accord qu’on nous critique mais que cela se fasse sur des bases saines et à partir d’éléments précis. En plus, l’institution a été créée il n’y a pas longtemps et malgré les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, nous essayons d’aller de l’avant ». Le président, en se justifiant, a aussi pris l’exemple de la crise des routiers qui, selon lui, a été résolue par le HCDS. Pour ce qui concerne la question sécuritaire, le président Domba Jean Marc Palm a indiqué  que ce n’est pas au HCDS de se charger des questions sécuritaires, car il y a des services habilités dans ce domaine. Mais, a-t-il soutenu, l’action du HCDS dans le domaine du dialogue social, permettra de ramener un climat de paix et de sérénité qui permettra de régler le problème sécuritaire. Dans les perspectives de l’institution pour l’instauration du climat social, le président a confié qu’ils ont pris attache avec un certain nombre d’organisations, notamment le HCRUN, le CES et bientôt le Médiateur du Faso pour discuter et mettre en œuvre les actions communes pour le retour de la paix et de la sérénité au Burkina. Rappelons que c’est en mai 2017 qu’a été créé  le HCDS. Institution rattachée à la présidence du Faso, avec, entre autres, pour mission de promouvoir le dialogue social et de prévenir les conflits sociaux à caractère national relevant du monde du travail.

Valérie TIANHOUN

 

 

espace libre


Avec lepays.bf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.