Accueil - Gabon - Médias publics : Gabon 24 : une autonomie et en route vers le cimetière de médias ?

Médias publics : Gabon 24 : une autonomie et en route vers le cimetière de médias ?

espace disponible pour votre sponsoring

Gabon24 ne faut plus partie du groupe GabonTV/©DR.

La sortie de Gabon 24 du groupe Gabon Télévision était un secret de polichinelle, ces dernières semaines. En informant les téléspectateurs, par une bande roulante l’autonomie de la chaîne, Gabon 24 affiche clairement sa volonté de se réaliser toute seule. 

C’est à une ancienne du Comité de Communication présidentielle – le COCOM – que vient d’échoir le commandement de la chaîne publique tout-Info. Laure Bigourd, qui sera secondée par Marie-Noëlle Ada, qui est passée par TV5-Monde, est le deux ex-machina de Gabon 24. Alors que Vincent Garrigues a le rôle de former et de renforcer les capacités des jeunes collaborateurs qui, parfois, n’avaient jamais fait de télévision, Laure Bigourd, elle, est aux manettes et à la décision. La direction de la Communication présidentielle est chargée de la supervision.

Comme l’a écrit un de nos confrères en ligne, cela n’est pas loin de rappeler l’ex-RTG2 qui, à sa création en 1977, était supervisée par la direction générale de la Presse présidentielle au motif que  »c’est une chaîne qui devait permettre de relayer rapidement l’activité du président de la République ». Après quatre années, Fidèle Etchenda, qui en assurait la supervision, céda le flambeau à Luc Mvouambah qui dirigera la maison jusqu’au début des années 2000, et sera remplacé par Jules Légnongo, puis par Florence Mbani. Mais, en réalité, la RTG2 était restée rattachée à la Presse présidentielle, en dépit de ce qu’affirmaient les responsables politiques

La réforme de l’audiovisuel public prend fin

Avec la sortie de Gabon 24 du groupe Gabon Télévision, on peut croire à la fin ou à l’arrêt de la réforme de l’audiovisuel public. L’autonomie de Gabon 24 se manifeste par le recrutement de nouvelles têtes et par le renvoi, dans leur administration d’origine, des journalistes ayant le statut de fonctionnaires. C’est le cas de Louis-Philippe Mbadinga, ancien rédacteur en chef. C’est aussi le cas de Larisca Laure Mamengui qui va certainement rejoindre, comme certains de ses camarades, la rédaction de Gabon 1ère. En tout cas, c’est ce que nous leur souhaitons, afin qu’ils trouvent rapidement un point de chute !

C’est la fin de la réforme ! On a même envie de dire que c’est la fin de la modernité ! 2 chaînes distinctes, 2 administrations différentes ! Le décret 1035 de février 2010 avait permis la mutation et la transformation de l’audiovisuel public, avec la création de deux groupes, à savoir Radio Gabon et Gabon Télévision. Nommé en septembre 2015 au poste de ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie-By-Nzé avait porté cette réforme. Son successeur, Guy-Bertrand Mapangou, l’avait déjà suspendue. La décision d’autonomiser Gabon 24 n’est donc que la suite de la décision de l’ancien journaliste d’Africa n°1.

Laure Bigourd n’a pas droit à l’échec. Sinon, Gabon 24 rejoindra le cimetière des médias où se trouvent déjà Africa n°1…

Laure Bigourd reprend donc le  »bébé » deux ans et demi après sa création. Au-delà de la communication institutionnelle vers laquelle semble vraisemblablement tendre dorénavant Gabon 24 -en espérant que cela lui permettra de garder des téléspectateurs- Laure Bigourd va devoir conduire les destinées de cette chaîne dans un paysage audiovisuel mondial où la concurrence est rude, et laisse peu de place à l’artisanat et à l’amateurisme. Comme l’a écrit l’autre,  »la chaîne semble être traversée par des convulsions, relayées par des rumeurs alarmistes qui font craindre le pire » ! Espérons que ce ne sont là que rumeurs sans fondement !        

 

 

espace disponible pour votre sponsoring
Avec Pyramid Media Gabon

Gabon; Société
Lire les articles précédents :
Première offensive US/France contre Assad
Première offensive US/France contre Assad

Des chars de l’armée US en Syrie. (Photo d’archives) 200 soldats américains resteront en Syrie (Sarah Sanders) Alors que plusieurs...

Fermer