Exploration pétrolière : Les défis de l'attractivité du secteur ?
Gabon

Exploration pétrolière : Les défis de l'attractivité du secteur ?

espace libre

Exploration pétrolière : Les défis de l'attractivité du secteur ?

En novembre dernier, le Gabon a officiellement soumis 34 nouveaux blocs d’exploration pétrolière à un appel d’offre international. L’attractivité de cette offre devrait déterminer si le Gabon, avec les pays africains du même compartiment, est à même de repositionner le continent comme point saillant de la production pétrolière au niveau mondial.

Depuis les indépendances, le Gabon, comme bien des pays africains, jouit d’un palmarès dans l’exploration et l’exploitation pétrolière. Au fil des années, avec les crises qui se sont succédé dans le secteur, cette position se rétracte. La crise de 2014, plus récente, a porté un coup à l’empreinte du pétrole dans la consolidation du PIB national et fragilisé par la même occasion l’économie. Avec ses quelques 187 000 barils extraits par jour, le Gabon, qui intègre l’Organisation des pays producteur de pétrole (Opep) en 2016, devient le plus petit producteur de pétrole brut au sein de l’organisme. Ce repositionnement numérique décroissant au sein de l’organisation amène le pays à restructurer son secteur. Avec l’arrivé de Pascal Houagni Ambouroue, ministre du Pétrole aux ambitions holistiques, le pays se dote d’un nouveau code.

L’ancien jugé trop « rigide » et moins adapté à la situation du marché flottant. Le nouveau instrument de pilotage prévoit de réduire l’impôt des sociétés énergétiques de 35% afin d’attirer des investisseurs dans l’amont pour booster la production et les recettes publiques. La nouvelle législation, plus flexible que l’ancienne prévoit par ailleurs, des taux de redevance minorés. Vantant les attributs du nouveau corpus réglementaire dans les hydrocarbures, le directeur général des hydrocarbures, lors d’une rencontre au Cap avec des investisseurs présentait ce document comme adapté à « la fluctuation des prix du pétrole » et, « flexible aux différentes zones et tailles de champs ».

Encore en gestation et dans la foulé de son aboutissement définitif, 34 nouveaux blocs d’exploration pétrolière ont été, il y a moins de trois mois, soumis à un appel d’offre international. Il faudra compter d’ici avril 2019, pour voir la douzième série de licences du Gabon en eaux peu profondes et profondes s’achever. Ces appels d’offres, comme d’autres ailleurs, très scrutés sur les principaux marchés des hydrocarbures indiqueront si le continent a encore de la cote dans ce domaine, et peut lui permettre d’attirer les investissements nécessaires dans ses zones pétrolières et gazières.


Michaël Moukouangui Moukala

espace libre

Avec Gabon Eco

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.