Accueil - À LA UNE - Gabon: Des cliniques mobiles pour rapprocher les structures sanitaires des populations isolées

Gabon: Des cliniques mobiles pour rapprocher les structures sanitaires des populations isolées

Annoncée le 31 décembre 2017 par le Chef de l’Etat gabonais dans son discours à la nation, la mise en place du réseau de cliniques mobiles pour les 9 provinces du Gabon a officiellement été mise en route ce vendredi au Cap Estérias par le directeur général adjoint du service de santé militaire, le médecin général, inspecteur, Romain Tchoua. Véritable hôpital roulant, les mastodontes auront pour missions, d’améliorer le taux de couverture sanitaire, mais surtout d’aller au contact des populations de l’hinterland.

Après l’annonce faite par le président de la République, Ali Bongo Ondimba dans son discours à la nation du 31 décembre 2017, la mise en connexion officielle du réseau de cliniques mobiles à destination des 9 provinces du Gabon a eu lieu ce vendredi au Cap Estérias, dans le 1er arrondissement de la commune d’Akanda (Nord de Libreville).

 

Lancé par  le directeur général adjoint du service de santé militaire, le médecin général inspecteur, Romain Tchoua, ce projet d’intérêt national,  qui mobilise prés de 52 professionnels de la médecine, recevra pour sa phase de lancement toutes les populations du Nord de Libreville pendant deux jours.

 

Outre l’amélioration du taux de couverture sanitaire nationale à travers des soins et un accès aux médicaments de façon gratuite pour les populations vulnérables, l’initiative vise également à combler les disparités existantes entre les différentes unités sanitaires de Libreville et de l’hinterland et rapprocher les structures sanitaires des populations isolées.

 

Venues nombreuses aux premières heures de la journée, une bonne partie des populations des 15 quartiers du 1er arrondissement d’Akanda ont bénéficié de consultations et de médicaments gratuits. Essentiellement en médecine générale, en pédiatrie, en ophtalmologie et en gynécologie obstétrique.

 

Ces populations ont également été sensibilisées sur l’hygiène bucco-dentaire, le paludisme et le VIH Sida. Pour encourager les uns et les autres à une réelle prise en compte des conseils donnés, des brosses à dents, des dentifrices, des moustiquaires imprégnées ainsi que des préservatifs, ont été distribués.

 

Heureux et soulagés de voir les hommes en treillis en pleine manœuvre dans leur zone de résidence, certains n’ont pas caché leur joie. Souhaitant voir au passage de telles initiatives se multiplier. «Je salue et félicite ce projet qui pour nous est une grande aide. Ce d’autant plus qu’à cause du manque de moyens financiers, nombreuses de nos populations vont de moins en moins dans les centres de santé, couvant au passage des pathologies diverses. Si de telles initiatives pouvaient perdurer, cela nous soulagerait tous», a confié le chef du quartier de Malibé 2, Sylvie Mouleba.

 

Partageant le même avis, Emmanuel Makosso a apprécié l’initiative. «Aujourd’hui grâce à la présence de ces unités mobiles ici au Cap Estérias, j’ai été pris en charge gratuitement. Ayant des moyens financiers limités, je ne pouvais espérer mieux», s’est-il réjoui.  

 

Véritables hôpitaux ambulants (le réseau devrait compter en tout vingt unités mobiles, dont les quatre qui ont déjà été livrés), ces mastodontes de type 4×4 disposent, sur leur base arrière, de l’équipement nécessaire pour réaliser des soins d’urgence et de base.

 

Chaque camion étant affecté à certains domaines médicaux (gynécologie, médecine générale, pédiatrie et ophtalmologie), ces derniers mobilisent également des mécaniciens pour l’entretien et des ingénieurs biomédicaux pour la maintenance des équipements médicaux embarqués à bord.

Source :agpgabon/Auteur :  Désiré Menzoughe
05/01/2018

clinique mobile santé
Lire les articles précédents :
Gabon: Les ordonnances  Cnamgs  à nouveau rejetées dans certaines pharmacies
Gabon: Les ordonnances Cnamgs à nouveau rejetées dans certaines pharmacies

Le mécanisme d’assurance maladie pour tous, conçu et matérialisé par les pouvoirs publics gabonais via la Caisse Nationale d’Assurance Maladie...

Fermer