Diplo pour les nuls: République désespérée de Kabilie
Afrique

Diplo pour les nuls: République désespérée de Kabilie

espace libre

Diplo pour les nuls: République désespérée de Kabilie
Diplo pour les nuls: République désespérée de Kabilie

Diplomatie pour les nuls

Par Marie-France Cros

Dire qu’il y a des gens qui s’ennuient, le soir, alors que la société Congo Productions leur a préparé un spectacle si passionnant! Il est disponible en deux versions: version tragédie – un peuple qui se bat à mains nues contre des hommes retors, cyniques et armés voulant leur interdire de choisir leur avenir – et version série télévisée, entre « Desperate Housewives » et « Dallas ». Depuis jeudi, c’est cette dernière qui a le plus succès auprès du public.

La premère saison nous avait montré Joe K (qui offre quelque ressemblance avec le JR de « Dallas ») s’accrochant à la mairie de Kabilcity, dans l’Ouest sauvage, en truquant les élections municipales. La seconde saison est encore plus riche en rebondissements. 

 Elle nous montre le personnage central de la série, devenu milliardaire, prolongeant de toutes les manières possibles son règne à la tête de la ville qui l’a enrichi, alors que les citoyens réclament les élections. D’abord il fait semblant d’oublier la date du scrutin. Puis, comme ses concitoyens protestent, il dit qu’il n’y a pas d’argent dans les caisses de la municipalité pour l’organiser mais, quand une banque lui en propose, il refuse pour ne pas avoir ses contrôleurs sur le dos. Il change vite fait bien fait le règlement d’ordre intérieur du conseil municipal mais ne peut, heureusement, changer la loi. 

Il décide que son équipe ne peut être renvoyée que par des machines – qui mettent longtemps à venir et à être réparties dans la ville, c’est du temps de gagné. Il fait des cadeaux à plusieurs de ses adversaires politiques pour qu’ils travaillent pour lui. Il envoie une belle ténébreuse à un autre – qui croque la caille et lui raconte, le naïf, tous ses secrets. Il envoie ses hommes de main modifier les registres de population, pour diminuer le nombre de ses concitoyens qui lui sont hostiles. Il paie des voyous pour multiplier les larcins et les déprédations, afin d’avoir une raison de décréter le couvre-feu quand il en aura besoin.

Au huitième épisode, surgit un héros que personne n’avait vu venir et que le personnage central n’a pu circonvenir. Les citoyens de Kabilcity viennent, de plus en plus nombreux, le saluer à chacun de ses déplacements, tandis qu’il faut payer les gens pour qu’ils applaudissent l’équipe au pouvoir (ce qui finit par coûter cher à Joe K). A un moment, le succès du héros est tel que Joe K prend peur et envoie ses employés tabasser les admirateurs de son adversaire; certains, armés, manquent de le tuer. Le suspens est devenu haletant mais le bruit des coups de feu a attiré l’attention sur Kabilcity. Dans l’épisode suivant (intitulé « République désespére de Kabilie »), on assiste à la panique chez les hommes de Joe K: comment faire pour arrêter le héros dans sa marche vers le succès?

Vient alors une scène d’anthologie: l’incendie du dépôt des machines à renvoyer les méchants – images spectaculaires en contre-plongée que le spectateur n’oubliera pas de si tôt. Le secrétaire de Joe K annonce que l’incendie est criminel avant même qu’il soit éteint, ce qui suscite la suspicion, bien sûr. Comme l’entrepôt est dans une zone militaire, gardée par la police et accessible seulement à quelques proches de Joe K; que cet entrepôt se trouve à 500 m seulement de la caserne des pompiers, qui interviendront pourtant trop tard pour empêcher le feu de ravager les machines; et qu’il n’est qu’à 100 m de Radio Joe K, gardée par les hommes de main du milliardaire, le spectateur se dit qu’il n’y a que deux solutions: ou bien c’est Superman, venu au secours du héros et des citoyens de Kabilcity, qui a mis le feu, soit c’est le tout puissant patron de la ville qui a tout organisé pour détourner l’attention du héros et empêcher les élections.

Diplo pour les nuls: République désespérée de Kabilie

Suite aux prochains épisodes. La société Congo Productions annonce un numero spécial le 23 décembre.

Que pensez-vous de cet article?

espace libre

Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.