Gabon/Santé d’Ali Bongo Ondimba : L’homme est vivant mais convalescent à Rabat, au Maroc
À LA UNE

Gabon/Santé d’Ali Bongo Ondimba : L’homme est vivant mais convalescent à Rabat, au Maroc

Gabon/Santé d’Ali Bongo Ondimba : L’homme est vivant mais convalescent à Rabat, au Maroc
Ali Bongo Ondimba, avait quitté sans souci de santé le Gabon, mardi 23 octobre 2018, afin de prendre part au forum économique Future Investment Initiative dans la capitale saoudienne. Mais le lendemain, il ne participera pas aux échanges avec ses homologues, le Prince Héritier d’Arabie Saoudite et les autres invités. Ce n’est que deux jours après, qu’on prendra son hospitalisationau l’hôpital King Faisal.
Gabon/Santé d’Ali Bongo Ondimba : L’homme est vivant mais convalescent à Rabat, au MarocAli Bongo Ondimba recevant le 3 décembre, la visite du Roi du Maroc et le 4 décembre 2018, une délégation gabonaise


Communication confuse
Après un silence au sommet de l’Etat, le porte-parole de la Présidence gabonaise consentira à dire quels mots sur le sujet, en qualifiant la maladie du Chef de l’État de « fatigue légère ».  Face au scepticisme de nombreuses personnes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, ce dernier, lors de sa seconde sortie médiatique, parlera cette fois de « fatigue sévère ». Tandis que la presse internationale, quant à elle, expliquera qu’Ali Bongo, avait été victime d’AVC.

Le black-out de l’entourage du Chef de l’État,  l’incertitude voire inquiétude qui transparaissait du gouvernement Essozé Ngondet III, en ce moment-là, ont vite amené certains à croire au pire.


Tout cet affolement est du passé
Après trois (3) semaines d’hospitalisation à Riyad, Ali Bongo Ondimba, se trouve désormais à Rabat, au Maroc, où il poursuit une convalescence dont la durée n’a pas été précisée et peut continuer ses activités. Ainsi, il a reçu la visite, à Rabat, le 3 décembre 2018, de Sa Majesté, le Roi Mohammed VI, et le mardi 04 Décembre 2018, une délégation Gabonaise composée du vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou, du Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, et de la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo.

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
05/12/2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.