Accueil - À LA UNE - Gabon: Conférence de presse du Porte-parole de la Présidence après le 1er tour des Elections jumelées 2018

Gabon: Conférence de presse du Porte-parole de la Présidence après le 1er tour des Elections jumelées 2018

6 octobre 2018- Ali Bongo Ondimba accomplissant son devoir de citoyen.

Le Porte-parole de la Présidence de la République Gabonaise, Ike Ngouoni Aila Oyouomi a tenu une conférence de presse, ce matin dimanche 7 octobre 2018, afin de réagir aux résultats du 1er tour des élections législatives et locales du 06 octobre 2018. À toutes fins utiles, il  est à noter  que ces législatives et locales boycottées par l’opposant Jean Ping qui se proclame toujours “président élu”, se tiennent deux ans après la victoire du président Ali Bongo Ondimba à la présidentielle du 27 aout 2016, marquée par la violence et la contestation.

L’après-élection présidentielle du 27 aout 2016, dans le calme et sous la pluie

 

Satisfaction sur le déroulement, « Tout d’abord, il faut noter que le scrutin s’est déroulé de manière très satisfaisante, autrement dit, tout à fait normalement et sans incidents notables. Il faut donc saluer ici ceux qui l’ont organisé, tant au niveau national que local. Ce n’était pas gagné d’avance car c’était la première fois qu’avaient lieu des élections jumelées. » a souligné le porte-parole.
 

Pourquoi les gabonais ne se sont pas bousculés aux portes des bureaux de vote ?

 Gabon 6 octobre 2018- Vote sans grand engouement

 

Les raisons de cette abstention massive des populations sont à rechercher selon le porte-parole de la présidence gabonaise dans l’enjeu qui aurait paru sans grande importance pour ces derniers. Et de rajouter « législatives et locales. C’est inédit au Gabon et cela a pu perturber certains électeurs qui ont dû composer avec une multitude de candidats et des enjeux qui se sont superposés les uns aux autres. Il y a peut-être aussi une explication plus politique. Pour une grande partie de l’électorat, les jeux étaient faits. Autrement dit, il n’y avait guère de suspense. Objectivement, et ce n’est pas leur faire injure, mais l’opposition a abordé ces élections locales et législatives en rang dispersé, ne parvenant pas à mobiliser en raison de fortes divergences sur la stratégie à suivre et des querelles de leadership entre ses principaux leaders. A contrario, tout le monde était convaincu – électeurs comme observateurs – que le parti présidentiel l’emporterait.»
 

Raz de marée pour la majorité !

 

Au sujet des tendances, puisque seul le “Conseil Gabon des Elections (CGE)” est habilité à donner les résultats définitives. Sur ce point, le porte-parole verse volontiers dans le triomphalisme, ainsi, dit-il « Au vu des dernières, il n’est pas exagéré de parler d’une importante vague au profit de la majorité présidentielle. Cela concerne aussi bien les législatives que les locales. 3 Ici aussi, il suffisait de lire les commentaires d’avant-élections pour se rendre compte que ces tendances sont tout sauf une surprise. Alors qu’est-ce qui explique ce phénomène ? Une combinaison de facteurs. Tout d’abord, j’y reviens, il faut reconnaître que la faiblesse de l’opposition, atomisée et divisée, notamment entre les partisans du boycott (minoritaires) et ceux qui ont participé aux élections (une majorité), n’a, il faut le reconnaître, pas été en mesure d’opposer une résistance importante. Mais là n’est pas l’explication principale. Les raisons principales. »
 
Le plébiscite de la majorité par le peu de gabonais qui ont pris la peine d’aller accomplir leur devoir civique s’explique selon M. Ike Ngouoni Aila Oyouomi par « un parti présidentiel new-look qui s’est présenté, des instances dirigeantes renouvelées, des candidatures renouvelées (65 % des candidats du parti au pouvoir se présentaient pour la première fois ; ce chiffre atteignant même les 82 % pour le scrutin local) ou encore un logiciel programmatique renouvelé. A cette offre politique, les Gabonais ont manifestement adhéré. »
 
Le porte-parole enfonce le clou, ce « un raz-de-marée au profit de la majorité est aussi le résultat d’une campagne électorale probablement mieux maîtrisée que par le passé. Au fort renouvellement des candidatures déjà évoqué (dont beaucoup de jeunes et de femmes), s’ajoute une campagne de grande proximité (causeries, porte à porte, etc.), qui plus est davantage tournée vers la promotion du programme électoral du parti plutôt que vers l’invective à l’encontre de l’autre camp. »
 

La ligne politique et gouvernementale du président Ali Bongo Ondimba plébiscitées par les gabonais selon Ike Ngouoni Aila Oyouomi .

En substance, c’est ce qu’a tenu à rappeler notamment aux médias le porte-parole de la présidence, « les candidats de la majorité ont profité de la nouvelle politique mise en œuvre par Président de la République (les mesures prioritaires qui traitent du quotidien, les réformes structurelles en matière de finances publiques ou d’éducation, etc.). Les Gabonais y croient et à travers leur vote, ils ont voulu envoyer un signal d’encouragement à poursuivre et approfondir les réformes. Les électeurs ne croient que ce qu’ils voient. Depuis plusieurs mois, un vent puissant de réformes souffle sur le Gabon. Ils ont ainsi pu mesurer le changement, l’accélération dans la transformation du Gabon qui entraîne à la fois des résultats rapides (via les mesures prioritaires du quotidien annoncées par SEM le Président de la République Ali Bongo Ondimba) et des résultats durables (à travers des réformes structurelles). Les électeurs sentent le changement. Ils veulent que nous poursuivions, que nous accélérions et même que nous approfondissions ce mouvement. »

 

 Rendez-vous le 27 octobre 2018.

Logo-Gabon Elections législatives & locales 6 et 27 Octobre 2018


Les élections législatives étant à deux tours, cela permettra-t-il à l’opposition de réduire l’écart avec la majorité présidentielle qui semble avoir raflé la mise une fois de plus ? 

 
 
Rédaction DBNEWS
Libreville, le 07/10/2018
ABSTENTION RECORD Afrique ali bongo ondimba ELECTION LEGISLATIVES ET LOCALES 2018 gabon Ike Ngouoni Aila Oyouomi opposition PARTI DEMOCRATIQUE GABONAIS PLEBISCITE politique population résultat Société URNE vote
Lire les articles précédents :
Usage de la machine à voter: le Conseil de sécurité recommande un consensus

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont estimé qu’il y a nécessité pour les acteurs politiques congolais de dialoguer pour un consensus...

Fermer