Accueil - À LA UNE - XVIIe Sommet de la Francophonie : La tête de l’OIF, un cadeau de la France à Paul Kagamé du Rwanda

XVIIe Sommet de la Francophonie : La tête de l’OIF, un cadeau de la France à Paul Kagamé du Rwanda


L’affaire est plié, c’est plus qu’une formalité, à quelques jours de la tenue du XVIIe Sommet de la Francophonie à Erevan – Arménie les 11-12 octobre prochain. Madame  Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, adoubée par la France et son président, M. Emmanuel Macron, recevra le «cadeau du pardon», offert  à son président et mentor, M. Paul Kagamé, le poste très prestigieux de nouvelle “Secrétaire  générale de l’Organisation internationale de la Francophonie” (OIF). Cela ne fait plus aucun doute.
Le président Emmanuel Macron

 La messe est dite !
Les présidents Paul Kagame & Emmanuel Macron

Pour Mme Michaëlle Jean, d’origine canadienne, élue Secrétaire générale de la Francophonie le 30 novembre 2014, lors du 15e Sommet. les choses sont moins drôles. Pas de validation cette fois, elle n’a pas réussie à convaincre les plus hautes autorités françaises malgré un intense lobbying jusqu’à la dernière Assemblée générale de l’ONU à New-York. Rien n’y a fait.

Il y a dans le choix de la France à la candidature de Madame Louise Mushikiwabo une forme d’expiation de la faute qu’elle aurait commise selon le président Paul Kagamé, lors du génocide des Tutsis en 1994.


Solde de tout compte

Le regard de la France est à géométrie variable quand il s’agit de la question du respect des droits humains. On en a ici l’exemple avec Madame Louise Mushikiwabo.
– oublier les droits l’homme et puis n’a sorti récemment quelques opposants des prisons pour la cause;
– oublier la place marginale du Français dans le pays ;
– oublier l’autoritarisme du dirigeant rwandais ;
– oublier la modification de la Constitution qui lui permet aujourd’hui de garder les rênes de son pays jusqu’en 2034 ;
– oublier la malnutrition, un tabou dans le pays ;
– oublier le trucage des  chiffres liés à la pauvreté ; etc.

Réal diplomatie !Le choix unilatéral de France du président Emmanuel Macron ne pas fait l’unanimité comme en témoigne la tribune de presse de M. Pierre-Andre Wiltzer et de quatre anciens ministres français de la Coopération. Il ne demeure pas moins que ce petit baroud d’honneur n’aura aucune incidence sur la candidature Mushikiwabo.

La décision de la France est prépondérante et l’emporte sur l’ensemble des 83 autres états membres de l’organisation. M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, lors de son entretien à RFI, le mercredi 3 octobre 2018, avec le journaliste Christophe Boisbouvier, a essayé habilement de refiler et de reporter le choix de Madame Louise Mushikiwabo sur l’union africaine. Personne n’y croit une seule seconde.  L’Union Africaine (UA) et les pays francophones d’Afrique noire sont des simples chambres d’enregistrement qui s’alignent sur les résolutions de la France et des autres grandes puissances mondiales.


L’expiation de la France


du XVIIe Sommet de la Francophonie à Erevan – Arménie les 11-12 octobre 2018


Donnant-donnant, espérons que le « cadeau diplomatique » du président Emmanuel Macron, 24 ans après les massacres massacres entre entre Hutus et Tutsis , permettra aux deux pays de repartir sur des bases nouvelles et mettra fin à tout jamais aux incriminations du Rwanda envers la France.

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
05/10/2018

'Union Africaine Afrique DIPLOMATIE France FRANCOPHONIE le cadeau de la France Paul Kagamé politique rwanda XVIIe Sommet de la Francophonie à Erevan – Arménie les 11-12 octobre 2018
Lire les articles précédents :
Saison Nobel: et maintenant, la paix!

Une médaille portant l'effigie de Alfred Nobel Les parieurs misent sur les Coréens, voire Donald Trump. Les experts sur des...

Fermer