vendredi, avril 16, 2021
cargo heilan song1111 - Le cargo "HEILAN SONG", manque d’endommager les installations de Comilog
Actualité

Le cargo « HEILAN SONG », manque d’endommager les installations de Comilog

cargo heilan song1111 - Le cargo "HEILAN SONG", manque d’endommager les installations de Comilog

Le Jeudi 13 septembre 2018 à 03h30, le  » M/V HEILAN SONG », Navire Minéralier de 190 m de long battant pavillon Panaméen, chargé de plus de 50.000 tonnes de manganèse par la société GSEZ Mineral Port, filiale du Groupe Singapourien Olam, a dérivé sur les installations de la Compagnie Minière de l’Ogooué (Comilog) situées dans le même secteur.

Un énième sinistre que les autorités portuaires ont tenté une fois de plus de dissimuler à la connaissance du public comme cela est devenu une habitude bien rodée chez eux. En effet, selon des sources bien informées, l’incompétence notoire qui règne dans ce capharnaüm de sangsue risque bien un jour de produire une catastrophe énorme qui plongera le pays tout entier dans la désolation.

Transformé en un commerce qui rapporte à ceux qui délivrent les précieux sésames, le business des agréments de commissionnement fantaisistes aux pilotes fait rage. Il en est de même des dérogations et des brevets de pilotage maritime qui sont délivrés sans formation adéquate, au mépris des textes en vigueur. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir au port d’Owendo des personnes sans expérience mais munies desdits documents prendre en charge des navires qui sortent ou rentrent au port. Et ce, dans une confusion organisée pour enfumer non seulement les opérateurs économiques qui exercent dans ce port mais aussi les plus hautes autorités du pays. Dire que la formation selon les règles de l’art et les textes en vigueur a été reléguée aux calandres grecs est un euphémisme. L’absence de Pilotes Maritimes spécialistes dans la programmation des opérations et la prévision de sinistres serait la cause de cette instabilité manifeste que connaît le port d’Owendo ces derniers mois.

Non contente de salir la réputation du 1er port gabonais devenu le port le plus dangereux du monde par le nombre d’accidents à l’année malgré un trafic relativement modeste en comparaison à d’autres ports au trafic plus dense, de lui porter préjudice et de mettre en danger les installations des principaux opérateurs comme les Groupes Bolloré, Olam et Comilog, la société GABON PORT MANAGEMENT(GPM), sous-traitant de l’Office des Ports et Rades du Gabon(Oprag), a facturé à l’Armateur du navire, la somme d’un milliard deux cent millions de F-CFA, suite au sinistre dû à la faute et au manque de vigilance des pilotes inexpérimentés de cette même société GPM. Décidément, on marche sur la tête.

Les micmacs de ces derniers temps au Port d’Owendo avec les dirigeants de GPM qui demandent à la Marine Marchande de donner des agréments de commissionnement fantaisistes et des brevets aux pilotes sans formation requise, c’est le cas de la majorité des pilotes de GABON PORT MANAGEMENT(GPM), pousse à croire qu’au port d’Owendo, il y a une forme d’entente tacite, voire de complicité entre les parties pour se faire de l’argent facile. Sinon, pour quelle autre raison à ce jour, les autorités portuaires et autres en charge de la sécurité maritime taisent-elles ces incidents?

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
16 septembre 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :