CONFIDENCES DU WEEK-END :
Afrique

CONFIDENCES DU WEEK-END :



CONFIDENCES DU WEEK-END :

Safiatou Lopez et Saran Sérémé Séré enterrent la hache de guerre

Il se disait régulièrement que Safiatou Lopez et Saran Sérémé Séré étaient devenues des « ennemies jurées ». S’il était difficile d’avoir la preuve de cette rumeur, il est maintenant certain que les deux dames ont enterré la hache de guerre. Nous publions, à cet effet, des extraits de publications récentes sur leurs pages facebook respectives. « Je sais que mon post fera l’objet de polémiques, mais ne pas le faire sera trahir une des valeurs que mon père m’a inculquée, “la reconnaissance du bienfait, et savoir laisser passer ce qui a fait mal à cause du Tout-Puissant. Tu es venue dans la cour de mon père passer plus de 4h de temps avec moi ; tu as laissé ton sommeil et y est restée jusqu’à 3h 30 du matin, chère grande sœur Saran Sérémé, il y a des gestes et des actes qui dépassent des milliards de francs pour moi et ma famille. A travers ce post, j’aimerais humblement te remercier, te remercier au nom de toute la famille Zongo, au nom de mon défunt père, pour ta disponibilité. Il y a eu des moments où nous étions proches et tu as compris à l’époque que j’étais proche de lui, alors je reste sans mots face à ton acte. Il est vrai que nous nous sommes excusées mutuellement, mais j’aimerai te dire ici et maintenant, que je prends l’engagement solennel d’enterrer la hache de guerre quoi qu’il arrive, quoi que tu fasses, au nom de mon défunt père, car pour nous, c’est sacré ». Ce post a été publié le 23 août par Safiatou Lopez. Et le lendemain, 24 août, le Médiateur du Faso, Saran Sérémé répond : « Petite sœur, les mots ne pourront jamais refléter ni traduire fidèlement mes pensées ni mes émotions. Le papa que tu chérissais tant, n’était pas un Homme ordinaire, la grâce de Dieu était avec lui. Puisse cette grâce le guider dans les grands espaces divins afin que son âme repose en paix. Puisse cette même grâce te consoler et consoler tous les cœurs attristés. Dieu l’a permis et notre papa l’a voulu, avant d’être en terre, que toi et moi soyons réunies quels que soit l’heure, le vent, la poussière et la tempête. Puissions-nous en tirer leçons, afin que le respect de nos valeurs traditionnelles comme modernes, le respect des liens de fraternité, d’amitié, de pardon, de tolérance, d’amour, du surpassement de soi, du dépassement des divergences, différences et même des antagonismes soient une réalité dans notre chère mère patrie et dans nos cœurs ».

  Lutte contre la dengue à Ouagadougou : la destruction de gîtes larvaires a débuté le 24 août dernier

 

Ceci est un communiqué de presse signée de la Direction de la communication et de la presse ministérielle du ministère de la Santé. Il est question de la lutte contre la dengue dans la ville de Ouagadougou : « Depuis deux ans, le Burkina Faso est confronté à une recrudescence des cas de dengue.  Cette maladie est causée par un virus transmis par des piqûres de moustiques infestés. Ces moustiques piquent surtout la journée et se reproduisent dans les récipients non couverts contenant de l’eau au niveau des habitations et des lieux de travail. Face à cette situation, les autorités communales et sanitaires ont décidé, à travers les agents de la Haute intensité de main d’œuvre (HIMO), d’effectuer des visites à domicile dans la ville de Ouagadougou, pour sensibiliser les populations sur la dengue et procéder à la destruction des lieux de reproduction des moustiques. Ces agents seront identifiables par le port de badges. Ces visites se dérouleront du 24 au 28 août 2018. Le ministère de la Santé et les autorités communales invitent les populations à réserver un accueil chaleureux à ces agents car il y va du bien-être de tous ».

  Conseil supérieur de la communication : des agents auditionnés par un comité ad hoc

 « Le comité ad hoc dirigé par le conseiller Ismaël Nignan, a entamé l’audition de l’ensemble du personnel du Conseil supérieur de la communication (CSC) ce jour 24 août 2018.  Ce comité a pour objectif de collecter les préoccupations des différentes composantes du personnel, les analyser et proposer les mesures nécessaires au retour à la cohésion au sein de l’institution. La mise en place de ce comité chargé du diagnostic des causes du dysfonctionnement du CSC, fait partie des recommandations issues de la rencontre des conseillers avec le personnel, tenue le 14 août dernier. Les auditions se poursuivront jusqu’au 30 août prochain. Le comité a deux semaines pour travailler et les termes de référence de ses travaux feront l’objet d’une large diffusion auprès du personnel ». C’est là un message publié par le CSC sur page facebook.

 Commune de Koumbri : des individus détenant des munitions d’armes à feu mis aux arrêts

 C’est une information de nos confrères de Netafrique : «De sources bien introduites, quatre (4) personnes de nationalité étrangère, ont été arrêtées le vendredi 24 août 2018 dans la commune de Koumbri; localité située à une trentaine de kilomètres de Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord. Ces suspects ne détenaient pas d’armes à feu, mais curieusement, ils étaient en possession d’un lot de munitions. Notre source ajoute que ces 4 éléments alpagués par les forces de sécurité ont été conduits dans la capitale de la région du Nord pour être entendus par la haute hiérarchie de la chaîne de la police judiciaire ».

  Assemblée nationale : la  nouvelle SG s’appelle Rakèta Zoromé

 

Un changement est internu au secrétariat général de l’Assemblée nationale du Burkina Faso. En effet, « depuis ce jeudi 23 août 2018, l’Assemblée nationale a une nouvelle Secrétaire générale ». Par décision du Président de l’Assemblée nationale, après accord du Bureau de l’institution, c’est Mme Rakèta Zoromé, juriste et magistrate de formation, qui a été nommée Secrétaire générale de l’Assemblée nationale en remplacement de Mme Emma Zobilma/ Mantoro admise à la retraite. Rakèta Zoromé occupait le poste de  Secrétaire générale adjointe depuis septembre 2016.

 Province du Bam: un paysan se blesse avec une grenade ramassée

 

Un paysan de la commune de Sabcé, Noufou Koanda, dans la province du Bam, dans la région du Centre-Nord, s’est blessé les doigts et le bas-ventre le 24 août dernier avec une grenade qu’il a trouvée dans son champ à Imiougou. C’est ce qui nous a été rapporté par une source dans la zone. Il nous est revenu que ladite grenade a été ramassée par des enfants.

 Banfora : l’eau potable de retour dans les robinets

 

Depuis le 24 août 2018, l’eau de l’ONEA est de nouveau dans les robinets à Banfora. C’est ce que les techniciens de la maison appellent le plan C, qui aura permis la résolution de la pénurie (le plan A, selon ceux-ci, visait à dépanner la conduite endommagée par les eaux et le plan B, quant à lui, ambitionnait de réveiller l’ancienne conduite). En effet, à entendre Michel Hien, chef du centre ONEA de Banfora, il leur a fallu repartir sur une des conduites d’irrigation de la SN SOSUCO pour y mailler la conduite qui alimentait Bérégadougou en eau potable à partir du château de Banfora. Cette conduite a donc changé de vocation puisqu’au lieu de transporter l’eau potable de Banfora à Bérégadougou, elle renvoie l’eau brute à la station de traitement de Banfora qui la traite et qui dessert la Cité du paysan noir. C’est reconnaître avec Michel Hien que Bérégadougou est pour le moment coupé et que la population continue d’être servie par les camions citerne. Toutefois, rassure le chef de centre, c’est une situation qui ne saurait perdurer car les moyens déployés par l’entreprise ASI-BF produisent de bons résultats et tout laisse croire que la conduite sera réparée dès le début de cette semaine.

 CDP : un mouvement soutient la candidature de Eddie Komboïgo à la présidentielle de 2020

 « Un mouvement dénommé ‘’EKO 2020’’ en gestation afin de soutenir la candidature du président Eddie Komboïgo pour les échéances de 2020 ».  C’est une information publiée ce week-end, précisant que ledit mouvement est fort de 10 000 jeunes mobilisés. Dans le même temps, il nous est revenu que des responsables de jeunesse du CDP, ont été sanctionnés à Bobo-Dioulasso.

 Référendum constitutionnel : ce sera le 24 mars 2019

 

L’information a été publiée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur sa page Facebook : « Le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, annonce le lancement prochain d’une révision du fichier  électoral dans la perspective du référendum constitutionnel prévu pour se tenir le 24 mars 2019 ».

 



Avec lepays.bf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.