Présidentielle : la sécurité, l’emploi et les finances au cœur du programme de Samy Badibanga
Afrique

RDC-Présidentielle : la CENI n’est pas censée interpréter le droit, estime Samy Badibanga

espace libre

RDC-Présidentielle : la CENI n’est pas censée interpréter le droit, estime Samy Badibanga

Samy Badibanga, ancien premier ministre dont la candidature à la présidentielle a été invalidée, estime que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’est pas censée interpréter le droit. Il a ainsi réagi, samedi 25 août, après avoir été éliminé de la course pour raison de nationalité.

La CENI a jugé irrecevable le dossier de Samy Badibanga pour : « défaut de nationalité d’origine. Après avoir perdu sa nationalité d’origine, le recouvrement de cette dernière ne donne droit qu’à une nationalité d’acquisition. »

Mais Samy Badibanga affirme qu’il bénéficie d’un arrêté ministériel signé par le ministre de la Justice dans lequel il recouvre sa nationalité.

« Cet arrêté dit clairement que je recouvre ma nationalité congolaise d’origine. J’ai pu obtenir un certificat de nationalité en bonne et due forme signé par le même ministre. Et dans ce certificat de nationalité, nulle part il est mentionné : petite nationalité », a justifié l’ancien premier ministre.

Il dit entendre saisir les cours et tribunaux pour faire valoir ses droits.

« La Cour constitutionnelle devra corriger cette erreur. Si cela n’est pas fait, là on aura la confirmation que c’est une affaire politique » a conclu Samy Badibanga.

Six dossiers des candidats à la présidentielle ont été écartés pour diverses raisons. Dix-neuf sont retenus.

 

espace libre

Avec Radio Okapi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.