Afrique

Gabon : Tous en attente du Conseil des ministres de ce mercredi


espace libre

Ali Bongo Ondimba, président du GabonAli Bongo Ondimba, président du Gabon

Partagez!

L’analyse profonde de la situation du Gabon sur la base d’un projet de vie pour tous, tant à l’instant que sur la durée, préoccupe le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Ali Bongo Ondimba est décidé de pousser plus loin. Au regard de la crise internationale et de son impact dans plusieurs pays, y compris le Gabon, il est, en effet,  pour lui, inévitable d’accélérer les réformes nécessaires au redressement économique de la situation.

Les récentes mesures économiques et financières annoncées dernièrement ont permis de faire bouger les choses dans la haute administration gabonaise à travers de grandes réformes. Très attendu, le conseil des ministres de ce mercredi s’inscrit dans l’élan des reformes. Des affectations et des mutations sont prévues à cette réunion gouvernementale qui se tient à la suite de deux autres tenues les 21 et 29 juin derniers.

Pour Ali Bongo, il faut agir vite en repensant l’action publique et mettre en place une gouvernance plus adaptée au contexte du moment. Les choses doivent bouger à la Primature et les Institutions Constitutionnelles. Comme pour montrer l’exemple d’en haut, le chef de l’Etat n’a pas hésité un seul instant à prouver sa bonne volonté à diminuer le nombre de ses collaborateurs.

Les effectifs de la présidence de la République ont été réduits de près de 40%. Une première dans l’histoire du Gabon. Le mystère  de l’effectif du cabinet présidentiel a été révélé au grand public. Désormais, le plafonnement dans les ministères est connu. Aucun ministre n’est autorisé à faire ce que bon lui semble. Et c’est très clair. Ce soir, sauf changement de dernière minute, les Gabonais vont connaître le nombre des membres des cabinets du Premier Ministre et des Président des institutions constitutionnelles.

Au cours ce Conseil des ministres, le sort réservé aux agences sera également connu. Ces agences, créées normalement pour contourner la lourdeur administrative, ont été critiquées. Chacun apprécie à son niveau. Pour certains, ces agences seraient des « gouffres à sous », qui ont fait perdre beaucoup d’argent à l’Etat, notamment pour leur fonctionnement.

Le Chef de l’Etat a lui-même tranché en annonçant la réduction de moitié de ces agences. Ce n’est plus un sujet à débattre. Le conseil des ministres de ce jour entend fixer les Gabonais sur ces nouvelles perspectives.

Il y a enfin la question des élections législatives qui pointent à l’horizon. Malgré les réformes, le gouvernement Emmanuel Issoze Ngondet III ne doit pas s’éloigner de l’objectif fondamental, pour lequel il a été mis en place. Il s’agit de l’organisation des élections législatives en 2018.

Après une phase d’enrôlement qui s’est déroulée en 15 jours, un examen sérieux a été fait sur les différentes étapes à suivre. Il incombe au gouvernement de la République d’annoncer les dates en accord avec la Commission Gabonaise des Elections (CGE) au profit des partis politiques et des potentiels candidats.

LIRE AUSSI  Gabon : Des mesures prises au nom de l’intérêt général

 

commentaires



espace libre


Avec Afric Telegrah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.