Accueil - Afrique - La question de 16,6% d’électeurs enrôlés sans empreintes digitales procède d’une récupération politique, selon Corneille Nangaa

La question de 16,6% d’électeurs enrôlés sans empreintes digitales procède d’une récupération politique, selon Corneille Nangaa


Le président de la CENI, Corneille Nangaa estime que la question des 16,6% d’électeurs enrôlés sans empreintes digitales procède d’une récupération politiques contre les termes même du rapport final de l’audit du fichier électoral.

D’après lui, cette disposition a été introduite dans les mesures d’application de la loi d’identification et d’enrôlement des électeurs. Le but : permettre aux électeurs sans mains, avec doigts amputés ou blessés ou encore avec des empreintes illisibles de s’enrôler.

Par conséquent, pour la CENI, ces enrôlés sans empreintes digitales ne peuvent faire l’objet d’aucune radiation dans le fichier électoral. Car ils ont été préalablement identifiés sur base des pièces d’identité probantes et des photographies consignées dans la base de données.

Il a fait cet exposé ce mercredi 11 juillet lors des travaux de la tripartite gouvernement-CENI-CNSA. Corneille Nangaa a échangé avec les participants à ces assises sur les assignations recommandées à la CENI dans le chapitre IV de l’accord du 31 décembre 2016. Dans son intervention, le président de la CENI a démontré les avancées réalisées dans le processus électoral et a fait également des mises au point sur les problèmes que soulèvent certains acteurs politiques dans le fichier électoral et la machine à voter.                                                                                      
Le président de la CENI justifie l’usage de la machine à voter par le fait qu’elle va faciliter l’organisation de trois scrutins en une seule journée.
Sur ce point, Corneille Nangaa n’exclut pas totalement l’idée d’un consensus au sein de la classe politique, pourvu que cela n’impacte pas sur le calendrier électoral.


Avec Radio Okapi

contentieux électoraux législatives
Lire les articles précédents :
Contentieux électoraux en RDC : les cours d’appel fonctionneront selon l’ancienne configuration des provinces

  Le contentieux des candidatures des députés provinciaux débute dans moins de 15 jours alors que les cours d’appels, compétentes...

Fermer