mardi, novembre 24, 2020
Innocent Kagbara : « Le rapport de force ne nous permet pas de demander le départ immédiat de Faure Gnassingbé »
Afrique

Innocent Kagbara : « Le rapport de force ne nous permet pas de demander le départ immédiat de Faure Gnassingbé »


Innocent KagbaraInnocent Kagbara

Partagez!

Innocent Kagbara est un membre du regroupement des centristes. Cet homme politique togolais analyse la situation socio-politique de son pays.

« A vrai dire, la situation socio-politique togolaise est difficile à décortiquer; il est difficile de prévoir ce qui va se passer dans les prochains jours parce que nous sommes dans une situation de blocage et des deux côtés, nous voyons des positions extrêmes qui ne nous permettent pas d’avancer », a soutenu Innoncent Kagbara.

Et d’ajouter : «  Pour notre part au niveau du Parti Démocratique Panafricain (PDP, ndlr), puis au niveau du Centre, nous pensons qu’il faut voir la chose autrement et si possible faire de ce dialogue, un dialogue inclusif, car beaucoup de gens qui animent la vie politique de ce pays ont des choses à dire; cela fait des années qu’ils participent à la vie de la nation, qu’ils participent à des élections législatives, présidentielles, il n’est pas normal que deux acteurs, deux blocs antagonistes puissent se retrouver pour parler des affaires de tout un peuple en excluant d’autres, sachant très bien que seuls ces acteurs ne peuvent s’entendre ».

Il a laissé entendre que « Ils nous l’ont prouvé par tout ce qu’ils ont fait comme discussions, qui n’ont jamais abouti. Nous nous pensons qu’ils faut qu’ils mettent de l’eau dans leur vin et qu’ils reviennent à des positions beaucoup plus réalistes des deux côtés pour que nous puissions aboutir à des résultats probants ».

Au niveau du centre, Innocent Kagbara et ses camarades sont dans le réalisme. « Le rapport de force ne nous permet pas de demander le départ immédiat de Faure Gnassingbé », tient-il à préciser. Selon lui, il faut qu’on le dise aux gens; c’est vrai que c’est un peu dur à entendre et accepter, mais c’est la réalité. « Ceux qui demandent son départ n’ont aucun moyen de pression sur lui. Il a été élu démocratiquement et même si on peut se poser des questions sur la façon dont on organise les élections au Togo, personne parmi ceux qui critiquent, n’a contesté ces élections de 2015. Nous étions l’un des partis membres fondateurs de CAP 2015 (Combat pour l’Alternance Politique, ndlr) à l’époque; à voir là où nous amenait le processus et comment il était conduit, nous avions dit non, que dans ces conditions, on ne pouvait pas battre M. Faure Gnassingbé parce qu’il y avait un problème par rapport au fichier électoral, un problème sur le terrain, mais nos amis de l’opposition dans le temps ne nous ont pas écouté », a-t-il déclaré.

Innocent Kagbara de faire savoir : « Ils nous avaient plutôt traité ‘d’achetés’, ce qui n’est évidemment pas le cas parce que nous savions que les conditions ne permettaient pas de battre Faure Gnassingbé dans les urnes. Et puis pour nous, la priorité ce n’est pas les réformes constitutionnelles, mais plutôt les réformes au niveau du code électoral, mettre les conditions pour pouvoir le battre dans les urnes. Cela a été fait en Gambie et dans d’autres pays où les dictateurs sont partis. Pourquoi pas au Togo? Tout simplement parce que nous n’avons pas une union de l’opposition et que ceux qui se voient forts veulent piétiner les autres ».

Au Bénin, fait-il constater même des gens qui ne pouvaient pas s’asseoir pour discuter se sont coalisés pour faire partir Yayi Boni. Pourquoi ne peut-on pas le faire au Togo, a-t-il lancé?

LIRE AUSSI  Togo : Confidence de Tikpi Atchadam

 

commentaires





Avec Afric Telegrah

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.