Accueil - Afrique - Déraillement d’un train minéralier: Comilog et Setrag à pied d’oeuvre

Déraillement d’un train minéralier: Comilog et Setrag à pied d’oeuvre

Des wagons du train ayant déraillé © D.R

Suite à l’incident mettant en cause un train minéralier de la  Compagnie Minière de l’Ogooué (Comilog), survenu ce lundi 12 février et qui a d’ailleurs été largement relayé sur les réseaux sociaux, par le biais d’un communiqué parvenu à notre rédaction, l’entreprise a tenu à apporter des éclaircissements concernant cet accident qui a paralysé le trafic en annulant les voyages.

C’est par le biais d’un communiqué de presse que l’entreprise minière, filiale du groupe français Eramet, a tenu à éclairer l’opinion sur le déraillement survenu ce lundi 12 février du train minéralier n°7470 appartenant à la Comilog. C’est au environ de 13 heures au PK 154, dans le canton Ndjolé-Abanga dans la province du Moyen-Ogooué que l’incident est survenu. Fort heureusement aucun blessé n’a été enregistré lors de cet accident.

Par ailleurs, le communiqué précise que «40 wagons chargés de 3000 tonne  de minerai sont sortis des rails et se sont renversés». Face à cette incident, «les équipes de la Comilog et Setrag sont à pied d’œuvre depuis hier pour une réouverture de la voie prévue ce mercredi 14 février 2018 en début de soirée», poursuit le communiqué de la Comilog.

Dans l’optique de faire la lumière sur les circonstances et les causes exactes du «déraillement qui se situe dans des zones dites instables» une commission d’enquête a été rapidement mise sur pied et les résultats sont attendus pour apaiser l’opinion.

 


Avec Gabon Media Time

ACTUALITES Société
Lire les articles précédents :
Apurement de la dette/Fabrice Andjoua: «Pas un chèque en blanc mais un moyen de relance économique»

Fabrice Andjoua Bongo Ondimba, le 12 février 2018 © GMT Faisant suite à la signature d’une convention portant règlement définitif de la dette intérieure de l’ordre  de  310 milliards de Fcfa, soit 77% entre l’Etat gabonais et un Groupement d’intérêt économique (GIE) dénommé «Club de Libreville», le directeur du Budget et des finances publiques, Fabrice ...

Fermer