Gambie : Pause des activités politiques sur décision de la Police
Afrique

Gambie : Pause des activités politiques sur décision de la Police


espace libre

La police gambienneLa police gambienne

Partagez!

La police gambienne a suspendu toutes les activités des partis politiques dans le pays jusqu’à nouvel ordre.  En tout cas, c’est une note soumise à tous les différents leaders politiques du pays.

En Gambie, depuis la semaine dernière, on constate des violences dans certaines localités du pays. Compte tenu de tout cela, les autorités gambiennes sont très remontées contre l’attitude d’une frange de la population. Pour freiner cet élan, elles ont décidé de corriger toutes ces erreurs pour en découdre avec les assaillants.

A ce titre, une enquête est ouverte pour connaître les tenants et aboutissants de ces violences qui avaient même disparu du pays, depuis le départ de l’ex-président Yahya Jammeh. Mieux, les autorités Gambiennes ont pris aussi la décision d’interdire toutes les activités politiques. C’est pour remettre de l’ordre dans le pays, indique-t-on.

« Tous les partis politiques sont informés que toutes les autorisations accordées pour mener des activités politiques sont suspendues jusqu’à nouvel ordre », a dit l’Inspecteur général de la Police dans une ordonnance qu’il a envoyée aux politiques.

Du coup, les supputations vont train actuellement ; car il est difficile de savoir les tenants de cette violence en Gambie. Il est aussi difficile de dire si c’est l’ex-Président Yahya Jammeh qui est derrière cette affaire. Une chose est certaine. Des incidents ont eu lieu les 08 et 10 janvier du mois courant. C’était à Mankamang Kunda dans la région de Upper River et à Busumbala dans la région côtière ouest.

Pour éviter d’autres actes de vandalisme, la Police a tout bonnement pris la décision d’interdire les activités politiques. Pour le chef de la Police, « la Gambie est un pays démocratique où tout le monde est libre de soutenir n’importe quel parti politique de son choix ».

De son côté, Seedy S.K. Njie, le porte-parole de l’ancien parti au pouvoir, l’Alliance pour la réorientation patriotique et la construction (APRC), a accusé certains membres du Parti démocratique uni (UDP) d’avoir lancé une attaque contre leur caravane à Busumbala mercredi dernier. Njie a qualifié l’attaque de « hooliganisme ». Une affaire à suivre !

LIRE AUSSI  Gambie : Yahya Jammeh menace Barrow

 

commentaires



espace libre


Avec Afric Telegrah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.