Actualité

Gabon : Les 400 agents de la SNBG acceptent le paiement intégral de leurs droits assorti d’un bonus


espace libre

SNBGLes agents à l’usine de la SNBG

Partagez!

Symbole de l’industrialisation de la filière bois amorcée en 2010 suite à l’arrêt de l’exportation des grumes, la Société nationale des bois du Gabon (SNBG) est actuellement engagée dans un plan social en accord avec les agents.

L’Etat gabonais aurait décidé, à cause de la situation économique extrêmement difficile du moment, de céder une grande partie de ses parts à hauteur de 80 % à un repreneur dont l’identité n’est pas encore révélée.

En attendant que tout rentre dans l’ordre avec le nouveau partenaire, il a été convenu, selon une source proche de l’entreprise, que les agents négocient avec l’équipe dirigeante leur congé technique d’autant plus que nombreux avaient trouvé l’emploi à la SNBG qui s’était lancée dans l’industrialisation en lieu et place du négoce des grumes.

Les 400 agents de la société ont accepté le paiement intégral de leurs droits assorti d’un bonus de 4 mois de salaire payés.

D’où viendra le secours de la SNBG ? Difficile de dire au stade actuel. Toutefois, il n’y a donc aucune raison de paniquer car tous les projecteurs sont braqués vers un renouveau de cette société, présentée comme un des symboles de l’industrialisation de la filière bois au Gabon avec des machines ultra-modernes dans son complexe usinier (trois grandes usines) d’Owendo.

Dans le cadre de son Programme de relance de l’économie gabonaise, il y a lieu de souligner les efforts consentis par les pouvoirs publics pour attirer les partenaires internationaux en vue d’appuyer le pays dans la mise en œuvre de son programme. La Banque africaine de développement (BAD) a déjà débloqué, en octobre 2016, une enveloppe de 985 millions de francs CFA.

Faut-il rappeler que le Président Directeur Général (PDG) de Yihua Enterprises Group avait signé avec le gouvernement, un protocole d’accord selon lequel son groupe investira 590 milliards de francs CFA au Gabon. Au cours de son séjour à Libreville en avril dernier, Li Shaoxi, qui est aussi vice-président de la Chambre internationale de commerce de Chine, avait visité différents sites de la SNBG, sans écarter la perspective d’en devenir un actionnaire stratégique. De quoi espérer une embellie pour cette société.

 

commentaires

espace libre


Transcription

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.