Gabon : Pacceli Bikoro dit que Jean Ping prévoyait une attaque contre l’armée
Actualité

Gabon : Pacceli Bikoro dit que Jean Ping prévoyait une attaque contre l’armée


espace libre

Pacceli Bikoro

Libreville, vendredi 21 Juillet 2017 (Infos Gabon) – Pacceli Bikoro, membre fondateur du Front des jeunes de l’opposition, dénonce le plan machiavélique du candidat malheureux à la dernière présidentielle.

Les déclarations faites par Pacceli Bikoro ce vendredi à Libreville font froid au dos et laissent penser que le Gabon revient de loin. Au cours de cette sortie, ce membre fondateur du Front des jeunes de l’opposition fait étalage de ce qu’il appelle «projets machiavéliques» mis en place par Jean Ping et ses soutiens pour prendre le pouvoir à tout prix et à tous les prix lors de la dernière élection présidentielle.

L’un desdits projets visait à «lancer une attaque contre toutes les forces armées et de défense du Gabon». Avec force détails, il affirme que «ce plan consistait à fabriquer des cocktails extrêmement toxiques à base des produits importés.» Avant de préciser que celui-ci «consistait concrètement à faire le mélange de tous ces produits et laisser fermenter quelques minutes (…) après inhalation, ces cocktails entrainent une perte de connaissance immédiate et dans certains cas la mort en moins de dix minutes.»

Selon Pacceli Bikoro, de nombreux jeunes recrutés pour faire la sale besogne étaient alors chargés de les faire exploser aux lieux où étaient cantonnées les forces de l’ordre afin de les hypnotiser.

Bien connu des Gabonais comme étant le promoteur du concept «Jean Ping c’est dosé» et proche du fils du candidat de l’opposition durant la campagne électorale, il dit assumer ses propos.

Pour s’en convaincre, il dit en avoir eu connaissance lors d’une réunion en comité restreint au siège de campagne de Jean Ping dans la nuit du 31 août au 1er septembre 2016. Tout juste avant l’assaut donné par l’armée. Et s’il vient faire ces révélations plus de dix mois après les faits.

L’intéressé justifie cette sortie par la plainte déposée récemment en France par un Franco-Gabonais sous couvert de l’anonymat. «Sa plainte est basée sur une version totalement tronquée» desdits événements. D’après Pacceli Bikoro, il s’agit tout simplement d’une tentative de manipulation de l’opinion. Ladite plainte accuse le régime en place d’«arrestations et détentions arbitraires en bande organisée, torture et actes de barbarie en bande organisée, tentative d’assassinat et crimes contre l’humanité». M. Bikoro se dit disposé à prouver ses affirmations devant la justice.

Des affirmations qui corroborent aux propos d’autres opposants qui ont déjà indexé Jean Ping. Au milieu de la semaine, David Mbadinga qui a quitté sa coalition, l’accuse d’avoir triché à la dernière élection présidentielle et d’avoir détourné la coalition de son idéologie.

Bien avant, c’est Bruno Ben Moubamba, l’ancien candidat à l’élection présidentielle qui aurait refusé de soutenir la candidature unique de l’opposition à cause des violences qui se préparaient derrière. Selon Ben Moubamba dans une déclaration sur les ondes d’Africa N°1, l’opposition est aussi à l’origine des violences post-électorales au Gabon.

Des déclarations qui remettent au goût du jour le débat sur les violences post-électorales au Gabon. Etant donné que Jean Ping de son côté, accuse aussi le pouvoir d’être à l’origine de ces violences.

En séjour actuellement à l’étranger, l’opposant n’a pas encore réagi à ces déclarations de ses anciens proches qui l’incriminent directement.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

espace libre


Transcription

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.