vendredi, mai 29, 2020
Le Gabon vu par Alain-Claude Bilie By Nze
Actualité

Le Gabon vu par Alain-Claude Bilie By Nze


espace libre

Alain-Claude Bilie By Nze

Libreville, Lundi 5 Juin 2017 (Infos Gabon) – La dernière communication du ministre d’Etat et porte-parole du gouvernement a porté principalement sur la participation du Gabon au Forum économique international de Saint-Pétersbourg 2017, le dialogue politique, le mouvement d’humeur dans le secteur de la santé, la situation de l’AGP et l’agenda culturel du mois de juin.

Forum économique international de Saint-Pétersbourg

Le ministre de la Communication a tenu à faire le point sur la participation du Gabon à cet important 21e rendez-vous économique mondial qui se tient en Russie. Placé sous le thème : «En quête d’un nouvel équilibre dans l’économie mondiale», ce forum qui s’est achevé le 3 juin s’est articulé autour de cinq principales orientations.

A savoir : la dynamique de l’économie mondiale, la formulation de l’ordre du jour de l’économie russe, les technologies qui changent la réalité, le capital humain comme vecteur clé du développement et les conversations sur l’avenir. Le Premier ministre qui a pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture a présenté les multiples potentialités qu’offre le Gabon aux investisseurs.

Emmanuel Issoze Ngondet était accompagné d’une importante délégation composée du ministre de l’Economie, Régis Immongault, du ministre de la Promotion des Investissements privés et du ministre du Pétrole.

Dialogue Politique

Alain-Claude Bilie By Nze a dressé le bilan des récentes assises nationales organisées à l’initiative du président Ali Bongo Ondimba. Ces pourparlers se sont achevés le 26 mai dernier par la remise du rapport final au chef de l’Etat par les co-présidents du dialogue politique, Emmanuel Issoze Ngondet, chef du gouvernement et Pierre Claver Maganga Moussavou, président du Parti Social Démocrate (PSD).

La phase citoyenne a regroupé 1247 associations et ONG, 2300 participants, plus de 3000 heures de présentation des participants et plus de 500 recommandations émises. Quant à la phase politique, elle a réuni 200 acteurs politiques issus de la Majorité et de l’Opposition.

Les propositions et les recommandations formulées par les 4 commissions paritaires visent à changer la vie politique et les institutions du pays. Elles portent sur les réformes des institutions et la consolidation de l’Etat de droit démocratique ; les réformes du Code électoral ; la modernisation de la vie publique et la consolidation de la paix et de la cohésion nationale.

S’agissant de l’appel de Casimir Oye Mba sur la négociation politique, Opposition-Majorité, le ministre de la Communication a déclaré qu’il n’y aura pas de troisième dialogue. «L’idée d’un troisième dialogue est hors de propos et ne peut prospérer. Il y a un temps pour tout, celui du dialogue est terminé. Arrive le temps du travail au profit des Gabonaises et des Gabonais. En revanche, au moment de la signature des Accords d’Angondjé devant le chef de l’Etat, devant le gotha institutionnel et politique, devant le corps diplomatique et les facilitateurs internationaux et nationaux, il avait été décidé que la signature de ces Accords reste ouverte à tous les acteurs qui se reconnaissent dans ce résultat dès lors qu’on est d’accord avec ce principe, tout le monde peut participer à cette signature. Pour le reste, le chef de l’Etat s’est engagé quant à la mise en œuvre des recommandations issues de ces travaux», a-t-il précisé.

Mouvement d’humeur des personnels de la santé

Le secteur de la santé est en ébullition au Gabon avec le personnel qui observe un mouvement de grève depuis le 16 mai dernier. Regroupés en six syndicats reconnus par les autorités compétentes, les grévistes revendiquent exclusivement le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP).

Le ministre de la Communication a expliqué que dans le cadre du dialogue permanent initié par le ministre de la Santé publique et de la Population, plusieurs séances de travail se sont tenues en son cabinet avec les responsables de ces syndicats reconnus. Le ministre qui a reconnu le droit de grève et rappelé le caractère sensible de la mission principale de son département ministériel, «sollicite de la part des syndicalistes la levée du mot d’ordre de grève pendant que le gouvernement cherche des solutions à ladite préoccupation».

De leur côté, les syndicats ont tenu à préciser qu’au terme d’un protocole d’accord signé le 8 février 2016 avec le Premier ministre de l’époque, il avait été retenu que les secteurs santé et affaires sociales seraient payés avant le secteur éducation. En plus, ces derniers relèvent que le paiement de cette PIP ne se fait qu’en direction des départements en grève.

«Le ministre a demandé aux responsables des hôpitaux conviés à la dernière réunion, de collaborer avec les syndicats pour un service minium responsable et effectif», a ajouté Alain-Claude Bilie By Nze. Il tient à déplorer que le Syndicat national des personnels de la santé et Assimilés (SYNAPSA) qui, non seulement ne se présente pas aux séances de travail, mais est à l’origine des barricades observées en ce moment dans les structures hospitalières. «Il ne sera pas toléré que des individus incontrôlés viennent à fermer les portails des structures par des chaines et des cadenas», tient-il à préciser.

Situation à l’AGP

Le porte-parole du gouvernement est revenu sur la grève qui secoue l’Agence gabonaise de presse (AGP) depuis quelques jours. Une situation qui s’explique par des difficultés de plusieurs ordres depuis plusieurs années.

«Nous avons demandé à la direction de l’AGP de restructurer l’agence. En effet, comme chacun a pu le constater, les agents travaillent dans des conditions plus que détestables. Le bâtiment est vétuste et ne répond plus aux normes de sécurité et d’hygiène. De plus, les capacités financières mise à la disposition de l’agence ne servent qu’à payer les arriérés de salaire. A cet effet, la direction a été instruite de contacter l’inspection du travail pour traiter des situations des agents non-fonctionnaires et de procéder au redéploiement des fonctionnaires au sein de l’administration et des autres organes publics, pour permettre la relance. L’Etat et la tutelle ne sont donc pas insensibles à la situation de l’AGP», a souligné Alain-Claude Bilie By Nze.

Agenda culturel

La semaine des afro-descendants, la journée mondiale des Musées et la journée mondiale de la diversité culturelle figuraient dans le propos de l’orateur. «Il faut rappeler en ce qui concerne la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine, que le Gabon est le premier pays du continent à organiser ce rendez-vous important, tant du point de vue académique que festif», s’est réjoui M. Bilie By Nze.

Cet évènement qui a connu la participation des experts, d’essayistes et d’universitaires a permis de traiter la question et s’est achevé par une déclaration des afro-descendants. A l’occasion, le président de la République «s’est engagé, dans le cadre à venir de la révision du code de nationalité, à revoir les dispositions pour faciliter l’accès à la nationalité gabonaise à tous les afro-descendants qui le souhaiteraient. La volonté du chef de l’Etat, de voir les Gabonaises et les Gabonais, renouer avec leur identité se manifeste également par le retour de la Fête des cultures du 30 juin au 02 juillet 2017», a-t-il lancé.

Cette 13e édition qui sera placée sous le thème : «Diversité culturelle et cohésion nationale», fait déjà l’unanimité auprès des Gabonais. «Nous comptons à ce jour, en ce qui concerne les seules demandes de participation au niveau de Libreville, pas moins de 700 inscrits parmi lesquelles des groupes de danses, des artistes, des peintres plasticiens», a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Ouverte depuis le 1er juin dernier, la phase des présélections qui aboutira à la sélection définitive des acteurs du monde culturel qui presteront se poursuivra jusqu’au 15 juin.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

espace libre


Transcription

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.