dimanche, janvier 17, 2021
UNESCO – Gabon : La semaine africaine à Paris consacrée à la jeunesse
Actualité

UNESCO – Gabon : La semaine africaine à Paris consacrée à la jeunesse


UNESCO semaine africaine
La Semaine Africaine 2017 organisée par l’UNESCO.

Actualité Gabon – Parrainée par le ministre de l’Économie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts du Gabon, Alain Claude Billie-By-Nze, l’édition 2017 de la Semaine africaine de l’UNESCO est organisée au siège de l’Organisation, du 22 au 24 mai 2017. Ce rendez-vous annuel est une occasion de célébrer la culture africaine. Le thème de cette année est « Investir dans la jeunesse africaine »

La semaine est organisée par le groupe africain des États membres de l’UNESCO, sous la présidence du Mozambique. Elle s’articule autour d’animations, de concerts, de projections de films, d’expositions et de tables rondes.

La manifestation a pour objectif d’accroître la visibilité de l’Afrique par la mise en avant de la diversité de son patrimoine culturel et artistique. Elle est célébrée autour du 25 mai, date d’anniversaire de l’Organisation de l’Unité africaine, devenue l’Union africaine en juillet 2002.

Une table-ronde sur le rôle et les perspectives de la jeunesse africaine est organisée les 23 et 24 mai, en présence d’universitaires, d’entrepreneurs, de représentants de gouvernements et de la société civile africaine.

En parallèle, des artistes comme Diana Magesa (Tanzanie), Tatenda Sipula (Afrique du Sud), Fouma Traoré (Burkina Faso) et Patricia Essong (Cameroun) propose des défilés de mode, des contes de l’Afrique traditionnelle et un concert.

Le choix du parrain de l’édition 2017 semble cependant ne pas faire l’unanimité. En effet, un groupe de Gabonais irréductibles membres du Conseil des Gabonais de la Résistance protestent devant le siège de l’Organisation depuis l’ouverture de la Semaine africaine, ce lundi 22 mai.

On perçoit sans aucune difficulté leur animosité envers le ministre de l’Économie numérique de leur pays; sentiment qu’il doit à son implication dans la crise postélectorale qui prévaut au Gabon. “Ce choix n’honore pas l’UNESCO. C’est drôle qu’il (Alain-Claude Bilie-by-Nze, NDLR) parle d’investir dans la jeunesse alors qu’au Gabon, nos petits-frères n’ont pas cours”, nous déclare l’un des manifestants.



Transcription

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.