vendredi, février 26, 2021
E-BANKING au Gabon: BGFI l’exemple du flop à ne pas suivre
Actualité

E-BANKING au Gabon: BGFI l’exemple du flop à ne pas suivre


E-BANKING au Gabon: BGFI l’exemple du flop à ne pas suivreHenri-Claude Oyima, président de la Fondation BGFIBank e-banking

Partagez!

Les lancements avaient été accueillis avec beaucoup d’espoir pour les usagers au Gabon. L’adhésion aux cartes prépayées BGFI a connu un boom rapide. Mais trois ans après son lancement en grande pompe, la solution e-banking de BGFI n’est plus que l’ombre d’elle même.

Il n’y a pas si longtemps, nous faisions la promotion de la solution e-banking de BGFI. Innovante, réactive et facile. Depuis l’arrestation de leur directeur généralle 21 février dernier, la solution e-banking du groupe BGFI n’est plus que l’ombre d’elle même. Elle avait été lancée en test au Gabon. Et devait être généralisée dans tous les points de présence du groupe.

Mais c’était sans compter sur les détournements de fonds en interne. Une faille de sécurité a permis au personnel de la banque de mettre en place un vaste système mafieux. Signalé par le réseau VISA, des retraits de grosses sommes d’argent étaient effectués depuis la Belgique et la France. Une semaine plus tard, Anon, le DG était remercié et mis sous mandat de dépôt.

La semaine dernière, BGFI prévenait les usagers de son application mobile qu’elle suspendait l’utilisation pour maintenance pendant le Week End. Dix jours plus tard, celle-ci n’a toujours pas été remise en service. Ainsi, il semblerait que la banque n’ait plus les moyens d’assumer la gestion du e-banking. En effet, elle a licencié une bonne partie de l’équipe qui s’occupait de son fonctionnement.E-BANKING BGFI

La nouvelle équipe peine à être plus efficace…

Récemment, une nouvelle équipe e-banking a été mise sur pied. Elle s’attèle à mener des réunion avec les éditeurs et le personnel de Visa. Les résultats tardent à se voir. Car il leur faudra au moins deux ans pour gagner le même niveau de compétences, qui avaient été jusqu’ici, bien développée au sein de la première banque gabonaise.

Deux mois après l’ouverture de enquête, huit personnes sont toujours détenues en prison, dont l’ex directeur général. Cependant les usagers ne bénéficient plus de leur carte visa prépayée, qui permettaient de faire des paiements partout dans le monde et surtout sur internet. Les distributeurs de billets qui avaient été installés dans la foulée, sont très souvent en rupture ou hors service.  Tout le monde se rue  désormais vers la solution Airtel Money. Le retard sera dur à rattraper!

 

commentaires



Transcription

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.