jeudi, janvier 21, 2021
France : L’Ambassade de Guinée équatoriale ne respecte pas la législation française en matière d’emploi
Actualité

France : L’Ambassade de Guinée équatoriale ne respecte pas la législation française en matière d’emploi


France : L’Ambassade de Guinée équatoriale ne respecte pas la législation française en matière d’emploiAmbassade de guinée équatoriale à Paris

Partagez!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin

L’Ambassade de Guinée équatoriale en France ne respecte pas la législation française en matière d’emploi. C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du quai d’orsay. Il l’a dit hier lors d’un point de presse. Précisant toutefois qu’il s’agissait d’emploi de salariés non diplomates.

«L’institut social de France et de l’Union européenne a constaté à l’occasion de deux cas qui lui ont été soumis que l’Ambassade de la République de Guinée équatoriale sise à Paris avenue Foch ne respectait pas la législation française en matière d’emploi de salariés qui ne font pas partie du personnel diplomatique de l’Ambassade (…)».

Quelles mesures compte prendre le ministère des affaires étrangères et du développement international pour que l’Etat de droit soit respecté sur le territoire français et que cette Ambassade respecte la législation du droit du travail ainsi que les décisions de justice rendues par la justice française, sachant que l’article 41 alinéa 1 de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques prévoit que « toutes les personnes qui bénéficient de ces privilèges et immunités ont le devoir de respecter les lois et règlements de l’État accréditaire « .

Le porte-parole a été on ne peut plus clair. « Une procédure est en cours devant la Cour internationale de justice dans l’affaire des immunités et procédure pénales (Guinée équatoriale c. France) », a-t-il dit.

Toutefois, la France a pris acte de l’ordonnance rendue le 7 décembre par la Cour qui a notamment demandé à la France de prendre, dans l’attente d’une décision finale, des mesures visant à assurer l’inviolabilité des locaux présentés comme abritant la mission diplomatique de la Guinée équatoriale au 42, avenue Foch à Paris.

« Cette ordonnance ne préjuge pas l’arrêt que la Cour rendra sur le fond », a dit le quai d’orsay.

 

commentaires



Transcription

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.