jeudi, février 25, 2021
Bilie By Nze dénonce un « acharnement » de certains représentants de l’UE contre le Gabon.
Actualité

Bilie By Nze dénonce un « acharnement » de certains représentants de l’UE contre le Gabon.


Comme de coutume, le ministre d’Etat, porte-parole du gouvernement, Bilie By Nze (BBN), a rencontré la presse pour entre autre fustiger l’ « acharnement incompréhensible » des députés européens contre le Gabon. Mais aussi de dresser un bilan exhaustif des activités en cours.

C’est ce vendredi 23 décembre courant, que le porte-parole du gouvernement, (BBN), s’est exprimé sur les évènements en cours, parmi lesquels l’absence de résolution commune entre l’ACP/UE lors de la 32e assemblée parlementaire qui s’est tenue à Nairobi (Kenya) pour statuer sur la situation chaotique post-électorale qu’à connu le Gabon. Mais aussi parler de la conférence extraordinaire des chefs d’État de la sous-région à Yaoundé, et de la séance de travail du premier ministre avec les membres du gouvernement en charge des dossiers économiques depuis plusieurs jours déjà, pour n’évoquer que ces points.

Rappelons que mercredi dernier, se tenait à Nairobi la 32e session parlementaire, où la situation post-électorale du Gabon se trouvait au centre des discussions. Deux camps faisaient face, les parlementaires européens et ceux des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). Il était question pour les européens d’adopter une résolution contraignante contre le Gabon, mais malheureusement pour ces derniers, le texte soumis a été rejeté 36 voix contre, et 6 autres voix pour.Les positions de l’Union Européenne jugées trop « sévères » et « injustifiées », donc elles n’ont pas obtenu la bénédiction des pays ACP. « Quelles sont les réelles motivations de cet acharnement ? », s’est interrogé (BBN), au regard des persistances des parlementaires européens.

Malgré un énième échec, certains représentants européens ne baissent pas les bras, car ils compteraient trainer le dossier au sommet de Strasbourg.Ce qui a eu la particularité de susciter la réaction du gouvernement par son porte-parole, « les résolutions qui pourront être adoptées à Strasbourg, ne concerneront que les députés européens », a-t-il prévenu.

À Strasbourg se trouve le siège européen, et donc ce ne serait pas le lieu adapté pour débattre de la question Gabon alors que « celui-ci n’est pas membre de l’UE »« J’ai déjà dit une chose ici, c’est que le temps des colonies est fini », a-t-il fait observer. Selon (BBN), le Gabon est un pays souverain.

Parmi les points essentiels évoqués lors de cette conférence de presse, le déplacement du chef de l’État à Yaoundé, où se tient actuellement une conférence extraordinaire des chefs d’États et gouvernement de la CEMAC. Elle survient du fait de la situation économique de la sous-région qui a vu la croissance en recul par rapport aux prévisions  fixées au préalable par la (BEAC), due à l’effondrement du prix du pétrole.Il est question de trouver des solutions rapides et durables pour sortir de la dépendance du pétrole.

Lors de son investiture, le premier ministre Issoze Ngondet, c’était engagé dans le cadre de sa politique générale de redresser l’économie gabonaise surtout dans le domaine de la production. C’est pourquoi depuis plusieurs jours, le (PM) a réuni les « les membres du gouvernement en charge des dossiers économiques ou des dossiers relatifs à la production afin de dessiner un plan de relance de l’économie », a indiqué (BBN). Ce plan sera au préalable soumis à « la probation du conseil des ministres, avant d’être discuté avec les  différents membres de la chambre du parlement ». Il permettrait au gouvernement de « mieux maintenir la dépense publique », dans le cadre du coût de fonctionnement de l’État. Mais aussi permettre d’aller chercher d’autres sources de croissance en accélérant « la question de la diversification de l’économie ».

Jessy Mboukou.

 



Transcription

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.