La société chiffre le préjudice à 2 milliards, volatilisés sous forme de produits divers dans des pillages de ses magasins après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle.

La société de distribution avait enregistré d’énormes pertes. © Gabonreview

La société de distribution avait enregistré d’énormes pertes. © Gabonreview

 

La société d’importation et de commercialisation de produits de la grande distribution est l’une des grandes victimes des émeutes qui ont suivi l’annonce des résultats électoraux d’octobre dernier. Son magasin du quartier Bas de Gué-Gué avait été vandalisé par des manifestants, avant que celui de Nzeng-Ayong, touché sur la façade, n’ait été sauvé in extrémis par les forces de l’ordre.

Pour le P-DG du Groupe Prix-import, «Nous estimons nos pertes à environ de 2 milliards de francs. Heureusement, on a une assurance. Mais je peux vous assurer que malgré l’attaque dont nos magasins ont été la cible, nous allons continuer à investir dans le pays. Nous n’allons pas baisser les bras car les pouvoirs publics nous encouragent dans ce sens.», a-t-il indiqué.

Bernard Azzi estime que de meilleures initiatives antérieures ont permis à l’entreprise de résister aux répercussions de ces actes de vandalisme. Dans sa politique offensive d’installation, consistant à se rapprocher de la clientèle, prix import a réussi à atténuer à chaque fois l’effet des imprévus, à commencer par la crise économique actuelle.

«Avant les élections, on ne ressentait pas cela. Il était difficile de percevoir qu’il y avait un problème réel. Pourquoi on ne le ressentait pas au niveau de Prix-Import ? A cause de notre façon de fonctionner. L’implantation de magasins a bien favorisé cela. Et cela nous a permis de compenser par l’ouverture d’autres points de vente. Vous remarquerez qu’à chaque fois qu’il y avait une baisse générale, on avait toujours un magasin pour compenser la perte totale du chiffre d’affaire. Cette politique a nécessité de nombreux investissements. Beaucoup de banque nous ont suivis. On a de gros projets à Libreville qui sont actuellement en stand bye», a confié le P-DG.

Prix-import n’entend pas freiner sa politique d’expansion. Son ambition de créer la proximité avec les populations a déjà offert l’emploi à plus de 700 Gabonais travaillant à plein temps.

Auteur : Alain Mouanda