Chantant en cœur comme un seul homme, les Gabonais de France ont accueilli leur «président élu», ce 28 octobre à Paris. 

Jean Ping, interviewé à son arrivée à Paris, le 28 octobre 2016. © apr-news.fr

Jean Ping, interviewé à son arrivée à Paris, le 28 octobre 2016. © apr-news.fr

 

Accueil triomphal et chaleureux que celui réservé à Jean Ping, ce 28 octobre à Paris. Chantant en cœur «Ping ho, le peuple est là», «Ping la confiance ! On ira jusqu’au bout avec vous monsieur le président», des centaines de Gabonais en liesse ont célébré leur «champion» à son arrivée à l’aéroport international Charles de Gaulle, aux petites heures du matin.

Face à la foule, l’ancien candidat à la dernière élection présidentiel a réitéré, à peu près, le même message que celui délivré à son départ de Libreville. «Je viens à la rencontre des amis du Gabon et des défenseurs de la démocratie», a déclaré Jean Ping. «Je viens réaffirmer auprès de nos partenaires, ainsi qu’à la communauté internationale, la détermination du peuple Gabonais à prendre en charge son destin et à ne pas se laisser imposer ce coup d’état militaro-électoral», a-t-il ajouté.

Quelques moments de l’arrivée de Jean Ping à Paris. © D.R.

Quelques moments de l’arrivée de Jean Ping à Paris. © D.R.

L’auto-proclamé «président élu du Gabon» a également dit être en terre française pour obtenir de la communauté internationale, «qu’elle prenne la place qui est la sienne pour accompagner le Gabon et son peuple sur le chemin de la démocratie et de l’Etat de droit». Selon Jean Ping, «il est de l’intérêt de tous et de chacun que le Gabon renoue avec la paix, la quiétude et la prospérité».

Par ailleurs, a-t-il indiqué, son séjour en France sera également l’occasion pour lui de se retrouver avec ses compatriotes. «Ensemble nous allons consolider les liens qui font de notre diaspora la 10e province du Gabon», a déclaré Jean Ping, appelant les Gabonaises et Gabonais de partout à travers le monde, partenaires et amis du Gabon, à prendre ensemble un «rendez-vous avec l’histoire, notre histoire».

Au-delà de la liesse suscitée par sa présence à Paris, nombre de Gabonais de France voient en l’arrivée de Jean Ping, l’accélération de la résistance. «Avec un effet propulseur, l’arrivée effective du président Jean Ping marque un nouvel élan pour les actions de la diaspora gabonaise qui lutte depuis le 27 août pour le respect de leur vote, pour le respect des droits de l’Homme, pour l’application de la justice au Gabon», a déclaré un membre d’un des nombreux mouvements de contestation de la victoire d’Ali Bongo.

Parmi les nombreuses actions prévues par son état-major, Jean Ping devraient s’adresser à ses compatriotes, le 30 octobre prochain, devant l’ambassade du Gabon à Paris, dans le 16e arrondissement. Un lieu à forte valeur symbolique, devenu le quartier général de la contestation des Gabonais de France.

Les détracteurs de Jean Ping, en revanche, ont laissé entendre que celui-ci s’entretiendra entre autre avec son «ami» écrivain Pierre Péan et l’avocat Robert Bourgi. Le nouveau leader de l’opposition gabonaise devrait également rencontrer des membres de l’état-major du parti socialiste, parti au pouvoir en France.