vendredi, mai 29, 2020
Scandale-Désinformation : Jean Ping & Mamadi Diané, ingérence dans le processus électoral au Gabon
ActualitéPolitique

Scandale-Désinformation : Jean Ping & Mamadi Diané, ingérence dans le processus électoral au Gabon

Dérangeant ce que révèle ce jour le magazine Jeune Afrique concernant Jean Ping et son acolyte Ivoirien, Mamadi Diané, un conseiller du président ivoirien, Alassane Ouattara, qui a prêté main forte à Jean Ping pour manipuler l’opinion. Le lien entre les deux hommes vient d’être découvert et fait des remous à Libreville autant qu’à Abidjan.

JEAN PING ET MAMADI DIANé, conseiller spécial du président Alassane OUATTARA

Il a d’abord introduit des hackers au Gabon pour diffuser de faux procès-verbaux et pirater des données gouvernementales. Yeo Siwifowa est en effet entré dans le pays avec son équipe peu avant le démarrage de la campagne électorale. Connu des services de renseignement ivoiriens, Sifiwoha est un surdoué d’informatique issu de l’école Pigier, à Abidjan.

Son acolyte Coulibaly Zié Abou s’est chargé des hébergements de l’équipe. Mais Mamadi Diané a également suggéré au principal adversaire d’ABO de provoquer la démission des membres de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP)

Depuis la conférence de presse tenue ce mardi après-midi, par Alain-Claude Billie By Nzé, le ministre gabonais de la Communication et porte-parole du candidat Ali Bongo Ondimba (ABO), qui a dénoncé l’ingérence de puissances étrangères et de certains pays africains dans le processus électoral gabonais.

Mamadi Diané a été démis de ses fonctions de conseiller spécial à la présidence. Selon un communiqué rendu public en fin de journée, le 30 août, « la présidence de la République ivoirienne condamne cet acte d’ingérence et rassure les autorités et le peuple gabonais qu’elle tient au strict respect de la souveraineté de la république gabonaise. »

Communique-PR-Gabon-le-30-août-2016

Source : jeuneafrique.com

Transcription : Anne Marie DWORACZEK-BENDOME

1 Commentaire

  1. Bonjour,
    je trouve vos articles bourrés de désinformations : le sois disant communiqué de la présidence ivoirienne n’est pas signé. Donc n’importe qui peut l’avoir écrit et pour votre info, bitam n’est pas une province, mais une ville de de la province du woleu ntem. en tant que gabonais vous devrez le savoir. je ne suis ni pour Bongo, ni pour Ping. Je considère que les deux ont assez profité du Gabon, il est temps qu’ils prennent leur retraite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.