vendredi, septembre 25, 2020
PRESIDENTIELLE 2016 : PIERRE-CLAVER MAGANGA MOUSSAVOU RENCONTRE LES GABONAIS DE FRANCE
ActualitéPolitique

PRESIDENTIELLE 2016 : PIERRE-CLAVER MAGANGA MOUSSAVOU RENCONTRE LES GABONAIS DE FRANCE

Paris, CNIT-LA DEFENSE – Pierre claver Manganga Moussavou, leader du parti social-démocrate et Maire de Mouila, accompagné de son épouse, l’honorable ALBERTINE MAGANGA MOUSSAVOU, a rencontré les gabonaises et gabonais de France.

 

Hilton Paris La Défense-RENCONTRE DES GABONAIS DE FRANCE AVEC PIERRE CLAVER MAGANGA MOUSSAVOU-CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE 2016-000001

 

Une démarche qui s’inscrit dans le cadre de sa pré-campagne en vue de la présidentielle de août 2016. Sa profession de foi à la main, il a expliqué, écouté et échangé dans le but de faire adhérer au plus grand à sa démarche et à son projet de société. Les quinze (15) propositions phares de l’ancien ministre d’Etat à la planification du défunt ’Omar Bongo Ondimba :

1- De la naissance jusqu’à l’âge de 10 ans, tout enfant gabonais bénéficiera d’une allocation de 10 000 francs par mois ;

2- Au secondaire, tout enfant bénéficiera d’un crédit d’études de 10 ans à hauteur de 45 000 francs par trimestre ;

3- A l’université, tout étudiant gabonais, après avoir obtenu son Bac, bénéficiera d’un crédit d’études de 10 ans, dont la revalorisation de l’allocation s’opérera après un examen des conditions de vie de l’étudiant, l’âge n’étant plus un critère d’obtention de la bourse. A la fin de ses études, il doit obligatoirement travailler pendant deux ans pour le compte de l’Etat dans le cadre d’un service civique obligatoire et continuer de percevoir l’équivalent de son allocation universitaire ou scolaire en attendant son insertion dans la Fonction publique ou dans le secteur privé ;

4- Tous ceux n’ayant pas été scolarisés seront orientés dans un centre de formation et bénéficieront d’un crédit de formation professionnelle (de 1 à 3 ans) ;

5- Toute personne née ou vivant au Gabon avec un handicap physique bénéficiera d’une allocation de solidarité de 15 000 francs par mois, soit 45 000 francs par trimestre ;

6- Les personnes âgées n’ayant pas de pension bénéficieront d’une aide à partir de 60 ans de 20 000 francs par mois, 60 000 francs par trimestre ;

7- Les chefs de cantons, de regroupements et de villages auront des indemnités revalorisées conformes aux missions d’encadrement et de développement rural qui leur seront désormais confiées ;

8- Aménagement des espaces urbains et ruraux pour y construire des logements sociaux et adaptés, engageant la transformation systématique et radicale de l’espace de vie de chacun de nos concitoyens ;

9- Construction de logements sociaux par les municipalités, pour un loyer à hauteur de 10% du revenu mensuel. Sont concernés ceux qui ont des revenus allant de 150 000 à 500 000 francs par famille soit 15 000 pour la plus petite tranche de revenu ;

10- Aménagement et protection des espaces ruraux pour la survie de l’homme afin de le protéger contre les animaux qui viennent le perturber dangereusement dans son espace vital ;

11- L’orientation et l’exploitation forestière au bénéfice du monde rural. Tout exploitant forestier doit consentir gratuitement une partie du bois scié prêt à l’exportation en vue de construire des logements sociaux. Ces logements seront réalisés par les conseils départementaux ;

12- Une réforme sur les postes budgétaires sera désormais engagée. En effet, le poste budgétaire sera désormais lié au poste de travail et non plus à un individu afin d’entreprendre avec efficience et efficacité la gestion commune de notre pays tout en évitant que certaines zones du territoire soient désertées voire délaissées au profit d’autres ;

13- L’Etat ne s’endettera plus. Le Gabon fera avec ce qu’il a pour ne pas laisser aux générations futures un endettement excessif ;

14- Tout exploitant de nos matières premières proposera, pour y être agréé, un projet de diversification de son activité aux fins de compenser l’appauvrissement de notre sous-sol qui risque d’hypothéquer l’avenir des générations futures ;

15- Les frontières du Gabon étant poreuses et afin de se prémunir des vagues d’immigration clandestine et de la saignée de nos finances, tout immigré n’appartenant pas à la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, sans contrat de travail lié à un besoin bien identifié de main d’œuvre, arrivé clandestinement et bien que pouvant disposer par la suite d’une carte de séjour, ne sera pas autorisé à opérer un transfert d’argent sans aucune dérogation. Les transferts d’argent feront à cet effet l’objet d’une stricte et inviolable réglementation.

 

Un moment apprécié par tous ceux qui étaient présents, chacun a pu à travers  les débats exprimés ses frustrations, ses interrogations mais aussi ses souhaits.

 

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME

Le 17 janvier 2015

 

  • Suites aux attaques verbales d’un partisan de Jean Ping, Mr Pierre-Claver Maganga Moussavou  a répondu sans langue de bois.

 

Hilton Paris La Défense-RENCONTRE DES GABONAIS DE FRANCE AVEC PIERRE CLAVER MAGANGA MOUSSAVOU-CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE 2016-008

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.