samedi, mars 6, 2021
Gabon ALI BONGO garde son héritage mais partage uniquement les intérêts avec la jeunesse de son pays - GABON : ALI BONGO garde son héritage mais partage uniquement les intérêts avec la jeunesse de son pays
ActualitéPolitique

GABON : ALI BONGO garde son héritage mais partage uniquement les intérêts avec la jeunesse de son pays

Gabon-ALI BONGO garde son héritage mais partage uniquement les intérêts avec la jeunesse de son pays

 

Rappel : Dans un message à la nation à l’occasion de la célébration de la fête nationale lundi, le chef de l’Etat gabonais, ALI BONGO ONDIMBA, a annoncé qu’il cédait sa part d’héritage de son père OMAR BONGO Ondimba à la jeunesse gabonaise. Ses frères et sœurs et lui ont aussi convenu de donner à l’Etat gabonais deux hôtels particuliers d’Omar Bongo en France. (Source : RFI)

Et D’après un document de la Direction générale des impôts du Gabon, daté d’octobre 2014, l’actif de la succession s’élève à 549 millions d’euros. (Source : RFI)

Compte tenu du fait que la volonté du défunt OMAR BONGO, ALI ET PASCALINE BONGO sont les deux seuls légataires universels. C’est-à-dire qu’ils ont droit à eux deux à 50% des avoirs. Est-ce qu’on peut estimer alors que la part d’héritage d’Ali Bongo avoisine un quart de la somme totale de la succession ?

 

 

Article du journal français, “le Canard Enchaîné” du mercredi, 26 août 2015, écrit :

ALI BONGO : Le jeu de cette famille

Héritier du pouvoir depuis 2009, il entend le briguer à nouveau  pour s’inscrire dans le droit fils de son père (quarante et un an de règne)

Fils à papa s’il en est, ALI BONGO ONDIMBA a hérité en 2009, la présidence du Gabon de son père, Omar, le plus vieux lion de la Françafrique, qui régnait sans partage depuis 1967.

Or voilà qu’Ali, à l’approche de la présidentielle de 2016, après celle, très contestée, de 2009, qui a fait une trentaine de morts, feint de vouloir redistribuer l’héritage paternel !

Dans son discours à la nation pour la fête de l’indépendance, le 17 août 2015, il a promis : « Tous les revenus tirés de la d’héritage qui revient seront versés à une fondation pour la jeunesse et l’éducation. »

Don promis, capital du ?

Seul problème : la succession, qui porte, selon les estimations, sur 550 millions d’euros, hors la holding familiale delta synergie (qui représente des parts dans les grandes entreprises gabonaises et les filiales locales de groupes étrangers), n’est toujours pas réglée.

Elle voit encore se déchirer 53 héritiers reconnus par le prolifique Omar, au premier rang desquels ALI ET PASCALINE, la « fille chérie » d’Omar, qui fut sa directrice de cabinet, sa confidente et sa grande argentière.

ALI, qui n’entend servir que les intérêts à la fondation en gardant le capital, a précisé à la télé, qu’il céderait en outre une vaste propriété à Libreville pour créer une université, ainsi que deux hôtels particuliers à Paris,  rue de de la Baume et rue Edmond –Valentin. Or, ce sont  trois biens  acquis par le feu Omar avec sa deuxième épouse, également décédée en 2009, EDITH-LUCIE, fille du président Congolais SASSOU NGUESSO. Lequel l’a mauvaise, car, il tient à récupérer ces biens pour ses petits-enfants QUEENIE YACINE et OMAR DENIS JUNIOR !

Surtout, analyse JEAN MERCKAERT, un militant associatif à l’origine de la procédure des « biens mal acquis », instruit depuis 2010, à Paris, « l’étau judiciaire  se resserre sur l’héritage bongo ».

Dès 2007, une enquête de police  dénombrait pas moins de 39 biens immobiliers et 70 comptes en banque en France. Alors deux hôtels particuliers en plus ou de moins … Depuis, ALI s’est offert un autre hôtel particulier, rue de l’université pour 100 millions en 201, et il continue à s’acheter des dizaines de voitures de luxe ou de sport avec lesquelles il parade.

En juillet, il ainsi baladé dans les rues de Port-Gentil le footballeur Argentin, LIONEL MESSI, venu poser la première pierre d’un stade… Tout est bon pour draguer la jeunesse !

« France football- du 20 juillet 2015 » a accusé MESSI d’avoir touché 3,5 millions d’euros, comme Pelé, qui était venu cinq jours en 2012 pour 3,8 millions d’euros… Au temps jadis, ALI, éduqué en France et ami depuis l’enfance du roi du Maroc MOHAMMED VI, s’était passionnée pour MICHAEL JACKSON qu’il a fait venir à Libreville, après avoir lui-même poussé la chansonnette  propagandiste avec le chanteur JIMMY ONDO : « BONGO nous a donné la chance… » !

Sa première femme, américaine et sans le sous, INGE COLLINS BONGO, s’apprête à publier un bouquin, tandis que l’actuelle, SYLVIA, a lutté pour le statut des veuves à l’ONU. Elle anticipe déjà l’héritage.

Le Brutus de BONGO

Patron de l’ONG BRAINFOREST, MARC ONA ESSANGUI, un des très rares opposants à ne jamais s’être laissé acheter, écume : « De tout façon, depuis cinquante ans, les BONGO ne font pas de différence entre les caisses publiques et privées »

Ancien patron de  « LA LETTRE DU CONTINENT », ANTOINE GLASER nuance : « Cette volonté de restitution, c’est plutôt malin. Malgré son nom, ALI est un parricide, il veut se débarrasser de l’héritage paternel et, sitôt arrivé au pouvoir, il a viré tous les barons du régime ! » Et ce grand connaisseur  de raconter comment ali, conseiller puis ministre de la défense de son père (de 1999 à 2009), était marginalisé « toujours cantonné au bout du couloir, jamais  dans le premier cercle ».

ALI est même régulièrement accusé d’être un biafrais adopté et d’avoir truqué son acte de naissance ! – OMAR voyait en tout cas en lui une  manière de Brutus indigne de lui succéder : « Il aura peut-être ma maison et ma voiture mais pas mon siège. »

En mal d’un candidat unique et valable, l’opposition cible la situation économique désastreuse, depuis que le prix du baril est passé sous les 50 dollars, dans ce vaste pays sous–peuplé (1,6 millions d’habitants), assis rente pétrolière.

Trente pour cent de la population vit sous le seuil de pauvreté, et les grands chantiers voulus par le Président sont à l’arrêt. »La dette extérieure explose, les budgets 2014 et 2015 n’ont pas été bouclés, et on manque de papier et d’encre dans certaines administrations »,  tempête GEORGES MPAGA, porte-parole du collectif “Ça suffit comme ça”.

Mais il y a des petites joies : « Les gabonais ont sablé le champagne lorsque le directeur de cabinet d’ALI BONGO a été arrêté et placé en garde à vue à Roissy, le 3 toua 2015 ! ». L’intéressé, MAIXENT ACCROMBESSI, est soupçonné d’avoir touché une commission dans un marché d’uniformes remontant à 2005.

Pour une peccadille semblable, son prédécesseur JEAN-PIERE OYIBA avait dû démissionner en 2009 ! – Mais pas ACCROMBESSI, qui a la haute main sur les affaires, le pétrole et les flux financiers, et se voit accusé d’être un président bis.

Fils d’un prêtre vaudou, ce béninois d’origine, qui cristallise les haines, est soupçonné d’avoir fait initier aux rites occultes ALI, par ailleurs grand maître de la grande loge du GABON, fondée par  son père.

Des accusations ravageuses d’occultisme dans un pays où les crimes rituels se multiplient à l’approche des élections… Pour avoir enquêté de très près sur ces crimes avec arrachement d’organes et avoir mis en cause les cercles de la présidence, le journaliste JONAS MOULENDA raconte avoir été convoqué par ali bongo à deux reprises et d’avoir dû fuir au CAMEROUN puis en FRANCE, après des menaces de mort et une tentative d’assassinat …

Hollande n’a pas fait le voyage

« Si ACCROMBESSI a pu être arrêté, même brièvement, en FRANCE, c’est que le pouvoir gabonais n’est plus en odeur de sainteté à Paris », juge MPAGA

François Hollande a bien fait asseoir ALI BONGO au premier rang lors de la démonstration du rafale au salon du BOURGET, le 15 juin 2015 et lui a lancé, devant les dirigeants de DASSAULT : Comme convenu, ils vont faire un prix ».  Mais il n’y a nulle complicité de fond dans cette petite blague de circonstance, selon MARC ONA : « Ils n’étaient pas assis côte à côte, et, surtout, hollande n’a toujours pas fait le voyage de Libreville, contrairement aux autres présidents français, qui se sont tous précipités au GABON. » Cet incapable de hollande ne sait pas y faire avec la FRANÇAFRIQUE.

 

Source : lecanardenchaine

Auteur : David Fontaine

 

Transcription : Anne Marie DWORACZEK-BENDOME

Le 30 Août 2015

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.