Accueil - Actualité - Gabon: SCULPTONS L’AVENIR

Gabon: SCULPTONS L’AVENIR

 

Ali Bongo Ondimba -Milan en Italie pour l'exposition-01

 

 

Au-delà de nos différences d’opinions politiques, de véritables et profonds bouleversements s’opèrent au sein de notre pays : les tensions sont vives entre la modernité et la tradition. Face à cet ensemble enchevêtré et passionnant de problèmes et de questions ; notre identité culturelle pourrait à contrario faciliter les ouvertures et les réalisations concrètes, car elle se situe résolument aux confluents de la Démocratie du Dialogue et de la Tolérance.

 

Plusieurs théories et méthodes de développement ont montré leurs limites, faute de prendre en compte la réalité historique des peuples. Nous ne pouvons continuer à vivre avec cette situation en héritage. Le Gabon comme d’autres territoires tente d’affirmer plus nettement son intention de piloter son devenir collectif (chose pas toujours aisée). Identifions dans notre identité culturelle complexe et fertile des repères pour donner au développement un tracé mieux adapté à notre réalité et aux insatisfactions parfois «grondantes» de nos compatriotes. Maints signes se font jour ; hier 30 juillet, le Gabon fut célébré à l’occasion de «MILANO 2015» Célébration rehaussée par la présence du Président de la République : Pleine lumière en Italie, ou plus de 130 autres pays, sont présents.

 

Le Gabon émergeant y déploie ses preuves : Présentant les perspectives du Gabon vert et du Gabon bleu. Apportant sa vision au thème choisi par les organisateurs : «Nourrir la planète, Energie pour la Vie». Notre « TASK Force » ABO fait la promotion de notre Bien commun. Promotion d’une nouvelle image publique, loin des avatars qui tiennent lieu de réflexion pour les malveillants. Promotion du “Savoir faire” et du “Faire savoir” à travers les thèmes qui impliquent et valorisent notre pays. Positionnement du Gabon grâce à un langage cultivé et sain qui lui est propre, le crédibilise et fédère nos symboles forts. Présentation non pas d’un modèle segmentant mais de nombreuses attitudes et actions qui signent l’image de cette nouvelle dynamique du Gabon.

 

L’Afrique et le Gabon s’ouvrent à de riches perspectives où les conditions de son essor semblent s’assembler rapidement (l’intérêt toujours plus croissant de l’Europe, de la Chine, et le vif discours plaidoyer du Président OBAMA himself !). C’est à ce moment primordial de son destin que nous nous révélons déficitaires d’un atout capital qui est la capacité non pas à imaginer, mais à formuler les formes de notre Avenir. Quelles pourraient en être les causes ?
L’immigration massive de nos élites intellectuelles,
La prudence imposée à ceux qui sont au pays et veulent bien faire,
La carence en lieux de libres discussions respectueuses et responsables,
L’interaction monopolisée par les classes dirigeantes de tous bords, jalouse de leurs privilèges et attentive à se réserver le pouvoir de conception et de propositions.

 

A chacun de nous de se distinguer par sa vitalité créatrice, par sa liberté de ton (l’irrévérence ne signifie pas appel à la haine, à la désobéissance civile…) qui nous rend si fécond. Pourquoi collectivement semblons-nous inhibés dans l’expression de notre propre destin ? – Il est venu le temps de nous dissoudre de cette sorte de glu qui encalmine les esprits chaque fois qu’il nous faut faire masse. Le PSGE nous est proposé depuis 2009.  Mais ce n’est pas l’unique voie. Inventons pour ce faire des lieux et des objets qui nous permettraient d’explorer les chemins de notre Avenir sans encourir les méfiances décourageantes qui sont si efficaces pour éteindre tout débat.

Les objets ou sujets existent : le potentiel de  la nature énorme atout pour le Gabon dans le monde de demain (existence de 13 parcs nationaux, d’une façade maritime et d’un fleuve majestueux en plein centre pays) et qui reste un Bien commun virtuel, peut parfaitement faire l’objet d’une réflexion prospective sur les formes d’un développement écologique responsable. La meilleure utilisation de nos capacités mentales, sociétales, pratiques venues de nos cultures locales participeraient à modeler un développement plus sobre et beaucoup mieux ajusté. La COP 21 pourrait être le lieu qui s’offre à aborder de tels sujets.

 

A la manière dont Davos, Porto Allegre etc… se sont fait connaître comme les centres névralgiques de mouvements intellectuels et sociaux majeurs, au moment ou l’histoire amenait au premier plan les sujets dont ces cénacles s’étaient saisis : Le PSGE, Milano 2015 et notre exposition jusqu’au 31 octobre prochain, peuvent être un de ces déclencheurs pour nous distinguer comme le lieu ou une pensée nouvelle du progrès se façonnera.

Mais cette ambition d’y réunir de manière durable les acteurs mondiaux aptes à discuter et formuler des options renouvelées du progrès, notamment dans sa relation avec notre Okoumé ou notre Pierre de MBIGOU commun, l’idée d’y établir un moment de rencontres internationales, prolongement de ce Premier Symposium Inter Régional des Sculptures monumentales de juillet 2003, peut être un support attractif. La métaphore de la sculpture sert ici d’indicateur d’un nouvel état d’esprit, combinant sculpture et développement.

Elle va très au-delà du jeu de mots sur ces deux concepts. SCULPTER l’avenir comme on sculpte un corps par le sport, comme on sculpte une forme d’après un dessin qui lui-même transcrit un dessein, comme on sculpte une réputation.

SCULPTER L’AVENIR, c’est combiner l’intelligence au geste, vouloir et pouvoir, Agir et Respecter… La sculpture Gabonaise offerte aux autres capitales sera autant d’emblèmes d’une certaine idée du Gabon, d’une certaine idée du développement maîtrisé. Cet ensemble de productions intellectuelles à finalité politique et opérationnelle donnera j’en suis certaine du contenu à notre Idéal de progrès maîtrisé, de Développement sculpté, de Sculpture et développement.

 

 

Auteur : Thérèse NGUEMA
Consultant Indépendant
“Une des voix de la Communauté Gabonaise de France

Transcription : Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
Publié, le 3 Août 2015

 

: Gabon Afrique ali bongo EXPO MILAN 2015
Lire les articles précédents :
GABON-CRIMES DE SANG : Création d’une unité de police scientifique
GABON-CRIMES DE SANG : Création d’une unité de police scientifique

    Doit-on se réjouir et dire  « Ouf » ? Le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de l’Immigration et de...

Fermer