jeudi, février 25, 2021
GABON-USA : LANDRY AMIANG WASHINGTON, UN OPPOSANT DE PACOTILLE MAIS VRAI ESCROC
ActualitéPolitique

GABON-USA : LANDRY AMIANG WASHINGTON, UN OPPOSANT DE PACOTILLE MAIS VRAI ESCROC

Gabon-Landry AMIANG WASHINGTON-Poursuivi - Pour Abus de confiance et Escroquerie en bande organisée

 

Tout ce qui brille n’est pas or !

Une jeune petite sœur gabonaise  pleure jusqu’à ce jour le fruit de son dur labeur, ces petites économies de toute une vie, un frère se mord les doigts d’avoir amené sa parente à faire confiance à un homme à qui il portait une haute estime à l’époque. Deux victimes d’un arnaqueur qui a le verbe haut et manie l’insulte comme d’autres les armes de destruction massive.

 

Mr Landry AMIANG WASHINGTON ou Mr « DEUX EN UN »

A cause de l’envahissement de l’espace public par des arnaqueurs et des entourloupeurs, etc … qui n’ont rien à y faire , on a beaucoup de mal aujourd’hui à séparer le bon grain de l’ivraie, de distinguer un vrai combattant de la liberté à des petits opportunistes et autres brigands qui voient dans ce cas combat, une possibilité de se faire peut-être une place au soleil un jour. Après tout, l’espoir fait vivre. Et les vidéos semblent être devenues le passage obligé pour se bâtir le statut d’opposant radical pour pas grand-chose. Monsieur  Mr Landry AMIANG WASHINGTON, l’homme à l’esprit facétieux l’a bien compris, il inonde donc la toile mondiale de vidéos d’insultes contre le pouvoir en place au Gabon mais également contre certains opposants à ses yeux pas assez va-t’en-guerre. Mais derrière ses faux oripeaux d’opposant de pacotille, Mr Landry AMIANG WASHINGTON, citoyen Gabonais naturalisé américain vivant aux États-Unis, essait aussi de grappiller quelques billets pour survivre. (Anne Marie DWORACZEK-BENDOME)

 

Abus de confiance  et Escroquerie en bande organisée.

 

Voici la triste histoire de Madame BISSA BI NDONG Thérèse, citoyenne gabonaise, commerçante, habitant et exerçant à Moanda, au sud-est du Gabon. :

Les faits remontent au mois de novembre 2014.

Madame BISSA BI NDONG Thérèse qui souhaite acquérir un véhicule part  du Gabon vers  la Belgique. Elle veut un modèle précis, elle recherche une voiture de marque Toyota – Tundra, mais sa démarche est infructueuse sur le territoire belge, compte-tenu de la rareté de ce type modèle sur ce marché.

 

Déçue, le parent chez qui elle loge, lui dit connaitre, un certain, Landry AMIANG WASHINGTON, citoyen Gabonais naturalisé américain vivant aux États-Unis, et au demeurant vendeur de véhicules d’occasion. Sûr de ce compatriote gabonais qu’il côtoie et respecte, il rassure Madame BISSA BI NDONG Thérèse  et lui dit que Monsieur  Mr Landry AMIANG WASHINGTON lui trouvera le modèle de voiture qu’elle désire sur le marché américain , il effectuera toutes les démarches necessaires et lui enverra ensuite  la voiture au Gabon sans problème.

Soulagée, Madame BISSA BI NDONG Thérèse acquiesce aussitôt et quelques minutes après, le contact téléphonique est établi avec Landry AMIANG WASHINGTON. Ce dernier se montre très efficace, car, dès la fin de l’appel téléphonique, il  envoie un lien Internet (qui n’existe plus aujourd’hui), montrant deux véhicules au choix. Celui sur lequel s’opère le choix de Mme. BISSA BI NDONG Thérèse est un véhicule de 5 ans, coûtant 13.000 US DOLLARS. Le lendemain de ce choix, une somme de 6.000 EUROS est envoyée à AMIANG et à ses associés sur base des répartitions suivantes : AMIANG WASHINGTON Landry (2.300 US DOLLARS), BIYA Achille Yannick (2.300 US DOLLARS), NKANGKO Dominique A. (2.300 US DOLLARS).

 

Repartie au Gabon attendre la réception du véhicule, Mme. BISSA BI NDONG Thérèse dû envoyer de nouveau à Landry AMIANG WASHINGTON, via son époux Rigobert NDOUNGANGOYE et sa fille Pélagie N’NOH, deux Western-Union de 1.826 US DOLLARS chacun. Et un peu plus tard, le fils et associé d’AMIANG, Théo ABOGHE, étudiant à l’Université Omar Bongo et résidant au Gabon, reçut de Mme. BISSA BI NDONG Thérèse la somme de 1 million de FCFA (1.524 EUROS) en espèces et en mains propres, après avoir signé un accusé de réception. Cette somme fut complétée par un dernier envoi de la somme de 500 US DOLLARS, à Landry AMIANG WASHINGTON. Toutes ces dernières sommes, disait AMIANG, serviraient à couvrir les frais de transport et d’acconage.

 

Jusqu’au mois de mars 2015, monsieur AMIANG et ses associés n’avaient toujours envoyé ni facture, ni carte grise, ni quoi que ce soit qui prouve l’achat du véhicule. Le seul document reçut fut celui envoyé par email par un certain GERARDO OLANGO, se réclamant un ami d’AMIANG, qui expédia un « Bill of Sale » totalement illisible. Et vérification faite auprès du garage chez qui ce « Bill Of Sale » a été obtenu : il s’agit d’un “FAUX” document !

 

L’arnaque a finalement été découverte lorsqu’Amiang, voulant se rendre à Paris participer à une marche organisée par la diaspora, et ne disposant pas de quoi financer son billet d’avion, appelle à nouveau Bissa Bi Ndong Thérèse (sa nouvelle vache à lait), afin que celle-ci lui envoie à nouveau 500.000 FCFA pour compléter les frais d’embarcation d’un véhicule fantôme. C’est depuis ce jour que Madame BISSA BI NDONG Thérèse réclame à AMIANG la totalité des sommes envoyées mais en vain. L’escroc notoire connu sous le nom de Landry AMIANG WASHINGTON est depuis aux “abonnés absents”

A ce jour, mercredi  29 juillet 2015, la victime, n’a toujours rien reçu. Pour toute réponse à son attente, Mr Landry AMIANG WASHINGTON insulte Mme BISSA BI NDONG Thérèse, la traitant de « pauvre et de vaurien ». Voici le type de personne  qui prétend un jour gouverner le Gabon. on n’est pas sortis de la berge !

 

Il y a de cela deux mois, Mme. BISSA BI NDONG Thérèse a saisi la Police Judiciaire (PJ) de Libreville. Celle-ci, après une première interpellation de l’associé gabonais d’AMIANG  (Théo ABOGHE), suivie de promesses formulées par AMIANG, qui promettait au téléphone de rembourser l’intégralité de la somme, aucune suite n’a été réservée à cette affaire. Pour toute réponse, l’inspecteur de la police judiciaire gabonaise, sensée diligentée l’enquête, a clairement signifié à Mme. BISSA BI NDONG Thérèse que la plainte a été purement et simplement classée sans suite, compte-tenu de ses liens de parenté avec la famille de Mr Landry AMIANG WASHINGTON.

 

Mme. BISSA BI NDONG Thérèse crie son désespoir, non seulement elle a été abusée par un individu peu scrupuleux mais quand elle se tourne vers la justice de son pays, cette dernière également la floue à son tour. Car au Gabon, les instances, censés protéger les citoyens et leurs biens, se sont montrées incompétentes pour faire appliquer la loi et faire triompher la justice. Ces instances protègent les criminels et narguent les victimes, qui sont de ce fait abandonnés à leur propre sort.

 

Affaire à suivre…

 

Source : Thérèse BISSA BI NDONG
Transcription : Anne Marie DWORACZEK-BENDOME

Publié, le 29 juillet 2015

 

Docs :

 

Doc_4_Envoi_AMIANG_1826_US_DOLLARS

 

 

Doc_5_Envoi_AMIANG_1826_US_DOLLARS-01

 

 

Doc_6_Envoi_AMIANG_500_US_DOLLARS-02

 

 

Doc_7_Echange_AMIANG_FACEBOOK

 

Doc_8_Remis_ABOGHE_1.000.000_FCFA-03

 

 

Doc_10_Plainte_Part_1-04

 

 

Doc_10_Plainte_Part_2-0001

 

 

gabonais diaspora

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.