lundi, juillet 6, 2020
GABON : UN LEADER-CHEAP NOMME DE JEAN PING
ActualitéPolitique

GABON : UN LEADER-CHEAP NOMME DE JEAN PING

  • JEAN PING LEADER CHEAP

 

  • Rappel des faits : Les paradoxes d’un homme et de son parcours personnel

     

Même si les versions divergent “à quelques mots près”, l’histoire, opposant des simples jeunes citoyens, fils d’oubliés de la République au grand “apparatchik” Jean Ping débute, le  12 janvier 2015, au matin. D’un côté, des jeunes manifestants s’en prennent à la résidence Librevilloise de Jean Ping. Selon les informations, ils seraient allés réclamer l’argent que  leur avait promis ce dernier pour leur participation au meeting, finalement interdit, de l’opposition le 20 décembre 2014, au carrefour Rio.

De l’autre côté, Jean Ping qui affectionne le rôle de victime devant “l’Eternel”, il est même devenu un spécialiste des “hoax”. Paranoïa aidant, il parle lui de tentative d’assassinat orchestrée par des proches du pouvoir en place.

Face à ces deux  versions  qui se contredisent allègrement et aussi de la posture de l’homme Jean Ping  depuis le, 1 Février 2014, date de sa sortie du coma et de sa découverte du “No way”  des Gabonais ordinaires. Il sait que ces allégations simplistes plaisent et trouvent un écho favorable auprès d’un certain public. Il a bien intégré cet élément dans son plan médiatique. En un temps quatre mouvements, le voilà donc transformé en défenseur acharné de la démocratie, son nouveau cheval de bataille. Au point  presque de faire oublier que l’homme fut l’un des rouages du système de prédation sous le défunt Omar Bongo Ondimba. Il l’a servi et s’en est servi sans état d’âme durant des décennies, en amassant au passage une fortune considérable qui le tient à l’abris du besoin et lui permet aujourd’hui d’acheter et de rallier à sa cause plus d’intéressés que de convaincus.

  • ‘‘Chasser le naturel, il revient au galop’

Faire du neuf avec du vieux, souvent ça ne tient pas très longtemps. Il est pareillement des mauvaises pratiques acquises au fil de la vie qu’on essaie de dissimuler mais reprennent vite le dessus sans qu’on s’en rende compte. Ces pauvres enfants l’ont appris à leurs dépens. Jouer à faire le citoyen lambda pour la “com” est une chose, on amuse la galerie, on fait le “show” mais Jean Ping lui-même ne se voit nullement pas en personnage quelconque au Gabon. Et  ce crime de lèse-majesté est aggravé par le fait qu’on vienne le déranger à son domicile.

C’est presque porter atteinte au sacré en ce qui le concerne. Ces pauvres gamins en souffrance et en mal d’argent rapide, enrôlés pour quelques francs apprendront cela à  leurs frais. On ne touche pas à un auguste homme de son rang. Et celui qui ambitionne de devenir le président du Gabon en 2016, n’est pas à son premier coup d’essai, il croit à son destin et il se protège en conséquence :

Première photo – le 13 décembre 2014 : dépôt de plainte contre le président gabonais Ali Bongo Ondimba, Jean Ping a son masque de protection sur la bouche, le peuple peut avaler la fumée des bombes lacrymogène mais pas lui.

Deuxième photo – le 20 décembre 2014 : Jean Ping et ses amis appellent à manifester, tandis que les gens ordinaires n’ont aucune protection, lui Jean Ping porte  un gilet pare-balles. Les gens peuvent recevoir des projectiles, ce n’est pas son affaire

Troisième photole 12 janvier 2015  : Des jeunes venus réclamés ce  qui leur avait été promis pour aller grossir les rangs de la contestation dans la rue, même s’ils sont eux tords de jeter des projectiles et autres objets contre le domicile de Mr Ping, acte que nous condamnons sans réserves – Cependant que dire de l’attitude scandaleuse du Sieur  Jean Ping qui fait justice lui-même, il ne manquait plus que le pneu autour du cou pour avoir la panoplie d’une vengeance personnelle

 

  • Droits de l’homme à géométrie très variable

Une chose interpelle également dans ce dossier, c’est l’indifférence qu’affiche  Tous les droits-de-l’hommistes gabonais, les grandes stars à la matière, Me Paulette Oyane Ondo ou encore Mr. Marc ONA ESSANGUI , soient par gène ou complicité ne disent rien devant ces barbaries.   C’est aussi ça le Gabon, entre comparses et compères, chacun voit midi où il broute.

Un dicton dit : Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. Le prix de l’humiliation, c’est : 5000 à 10 000F CFA (7,62 à 15,24 euros). Dénudé, l’un d’eux a été ficelé comme un cabri. Molestés, interrogés comme des ennemis d’état, photographiés sous toutes les coutures et ensuite des images dégradantes sans leurs consentements diffusées  sur les médias sociaux. Est-ce là des preuves d’amour de Jean Ping envers des citoyens ordinaires pour qui affirme-t-il, il  veut se battre ? – le doute est permis

Tronquée la vérité  et émettre en direction du public des interprétations erronées, il sait y faire. Jouer à  la victime et à instrumentaliser le moindre fait pour faire du raffut  et tout ramener à lui, il excelle autant en ce domaine. Les vraies victimes au Gabon, il n’en manque pas. Ce sont tous les laissés pour compte de la République d’hier, quand Sieur Jean Ping fanfaronnait aux côtés d’Omar bongo Ondimba.

En décidant de battre le fer avec le Parti démocratique gabonais qu’il connait par cœur, il croyait quoi  exactement ? – Qu’à cause de son passé, ses liens de famille, ses titres, ses réseaux, sa grosse fortune, ce serait une bonne petite  promenade de santé et hop là, les clés de la présidence gabonaise et salue Ali ?
En même temps, puisqu’il n’a pas la maladie d’Alzheimer, l’arbitraire, il s’en accommodait très bien quand c’était les autres. Aujourd’hui, il pousse les cris d’orfraie au moindre incident et souvent imaginaire.

Il paraît que chaque peuple a les dirigeants ou les opposants qu’ils méritent !  – Qu’ont fait les Gabonais pour avoir des gouvernants qui abusent sans vergogne d’eux de tout temps et des opposants qui se servent aussi d’eux comme monnaie d’échanges, des simples choses à tronquer pour avoir ou retrouvé une place au soleil ? – Mr Jean Ping a été scandalisé par le fait que des pauvres puissent venir exiger leur dû.  Vous m’en direz tant ! – On doit dire merci, parce que c’est Ping Jean. On dénonce un pays sans justice et  de l’autre côté, on pratique l’injustice soi-même.

  • Leadership ou leader cheap ?

L’esprit  de sacrifice tout le monde ne l’a pas. Certains essaient tant bien que mal de donner le change, faire illusion mais dès que ça chauffe un peu l’instinct  naturel prend le dessus, le besoin de continuer à jouir du meilleur les poussent à l’esquive malgré eux, c’est le cas de Mr Jean Ping.

Un leader étant une personne qui est  porteuse d’ambitions collectives, un leader-cheap, lui n’est qu’une petite personne qui n’incarne en réalité que ces petites ambitions personnelles. Les personnes citées ci-après assumaient pleinement ce rôle et recevaient des coups de matraques, allaient en prison pour leurs idées, ou étaient assassinées   :
Martin Luther King  (Amérique) ;
Nelson Mandela (Afrique du sud) ;
Aung San Suu (Birmanie) ;

Les jeunes La pakistanaise Malala Yousafzai, âgée de 17 ans et Kailash Satyarthi l’Indien ont reçu le Prix Nobel de la paix 2014 “pour leur combat contre l’oppression des enfants et des jeunes et pour le droit de tous les enfants à l’éducation”

Il faut de l’affect – Je n’ai rien contre Jean Ping à titre personnel, ni aucun conflit mais la fausseté de sa démarche continuelle m’accable au plus haut point. Traiter des jeunes comme les pires malfrats m’horripile au plus haut point. Exposer les autres “OUI” – Risquer sa peau à lui “NON” – Pathétique !

En politique, il y a certes les paroles mais le plus important reste les actes. On reste songeur un moment devant les actions de Mr Jean Ping. Ils ne disent rien qui vaille. Il constitue  par ses actes un gros mensonge et un danger pour le Gabon et les Gabonais. Flatter, distraire, amuser, surfer sur les vraies souffrances des gens, user et abuser de la démagogie, se réfugier dans le flou, etc… Et si on rajoute les volte-faces très caractéristiques du personnage, je redoute le pire pour l’avenir du Gabon.

 13 décembre 2014 : dépôt de plainte contre le président gabonais Ali Bongo Ondimba

ping jean et son gilet par balle-le 20 décembre 2014

 20 décembre 2014 : Jean Ping et ses amis appellent à manifester

ping manifeste

le 12 janvier 2015  – Des jeunes venus réclamés ce  qui leur avait été promis pour aller grossir les rangs de la contestation dans la rue  sont molestés par la garde privée de Jean Ping

jping20

ping tortionnaire-d-3

ANNE MARIE DWORACZEK-BENDOME.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.