samedi, juillet 11, 2020
ActualitéSocial

OLAM GABON, UNE SUPERCHERIE ?


OLAM GABON, UNE SUPERCHERIE ?

 

Mensonge d’Etat! Concernant la société Olam-Gabon : « On n’aimerait que tout cela soit compris par tous, comme étant les projets de l’état » (Déclaration de Monsieur Pierre-Claver Maganga Moussavou )

Rappel des faits : La mariée était t-elle  trop belle !

Novembre 2010, à Singapour, Olam signe avec l’État gabonais un contrat de 1,536 milliards de dollars pour des projets de grand envergure. Dans cette accord, Olam s’engage à apporter une participation propre à hauteur de 80 %. Aujourd’hui, d’après les affirmations de Monsieur Pierre-Claver Maganga Moussavou, l’entreprise n’aurait pas mis la main à la poche, les grandes promesses d’apport financier seraient restées des mots sans suites. D’après les dires des autorités, OLAM International,  la société Singapourienne a été présentée comme ayant un large éventail d’activité : Finance, Industrie chimique, exploitation forestière et l’Agro-industrie.

L’un des 3 axes du projet de société de l’actuel pouvoir “Gabon industriel”

La montagne accoucherait -elle d’une souris ! Les projets économiques que mènent la société privée Singapourienne « Olam » au Gabon ne serait en fait que des projets propres de l’Etat Gabonais lui-même. Alors, à quoi rimait ce travestissement de la réalité ainsi que la propagande sans précédent qui l’accompagnait ?

Beaucoup de divertissement ! Personne au Gabon, quel que soit son opinion n’ait contre l’industrialisation, la diversification des activités et des partenaires économiques, encore moins que l’Etat les accompagne.

Le scepticisme dès le départ ! Dans les milieux informés, malgré les clairons et les flonflons, certains affichaient déjà leurs doutes mais personne ne prêtait attention, mettant cela sur le compte d’une saute d’humeur, voire de la jalousie.

Le besoin de mouvement  ! Est-ce l’atmosphère pesant aux sorties des élections présidentielles, du 30 août 2009, qui aurait été responsable de cette précipitation du chef de l’état et de son équipe d’avoir été  moins scrupuleux quant au réelle capacité d’Olam International ?

Collusion au plus sommet de l’état ! Les journalistes croyaient bien faire, ceux qui ont fait le montage du reportage pour être diffusé sur  la première  chaîne gabonaise, le mardi 16 Octobre 2012, également, ce jour manquant la   prise de fonction de l’actuel président. Les journalistes ont voulu avoir l’avis d’une personnalité de l’opposition gabonaise, qualifiée de « Modérée ». C’est ainsi que Monsieur Pierre-Claver Maganga Moussavou a été amené à donner son avis sur les trois premières années de la présidence d’El Hadj Ali Bongo Ondimba. Très succinctement, il a expliqué :
Nous ne sommes pas là pour nous opposer à l’idée de développement, au contraire, nous disons quand on prend l’exemple d’une société comme « Olam », qui est une entreprise qui n’est pas venue avec des moyens, contrairement à ce qu’on a dit. Qui utilise les moyens de l’état et quand ce n’est pas prévu au budget de l’état, ça devient du blanchiment ! N’est-ce pas !
Et dont, on n’aimerait que tout cela soit compris par tous, comme étant les projets de l’état. Et, quels sont les objectifs que l’on veut  atteindre !”

D’omissions à compromissions, il y a qu’un pas ! Monsieur Maixent Accrombessi, Directeur de Cabinet du Président de la République qui revendique un droit de regard sur chaque contrat entre l’état et les opérateurs pourrait  il éclairer l’opinion nationale sur le dossier “OLAM-GABON” ?
On rappelle que des sommes très importantes et un patrimoine foncier sont en jeu Gabon :

Depuis son arrivée sur le sol gabonais, La compagnie « Olam-Gabon » a reçu en concession de la part de l’état gabonais près de 300 000 hectare de terre.
Des Banques : le, 18 juillet 2012, il y a eu  la conclusion d’un accord financier  pour un prêt de 228 millions de dollars, entre Olam Gabon et un consortium composé de différente banque :   BGFIbank ; BDEAC ; Ecobank ; Afreximbank, Pour le financement de ses activités au Gabon.

Olam-Gabon, un nouveau vecteur pour des recels et des détournements massifs d’argent public ? Mettons de côté, ” le blanchiment” évoqué  par Monsieur Pierre-Claver Maganga Moussavou , néanmoins, depuis son arrivée au Gabon, la société roule les mécaniques, l’argent coule à flot, des dépenses somptuaires sont effectuées à tout vent, organisations d’évènements divers et des voitures de luxe 4×4 rutilantes. Fort  d’un appui au plus  haut sommet de l’état, des terres sont pris à des simples paysans, expropriés pour l’occasion au profit  des plantations de palmiers à huile et d’hévéas , et ce, au détriment des cultures vivrières indispensable pour l’autosuffisance et la sécurité  alimentaire du pays tout entier. Pour faire tout cela, il faut de l’argent, de la poche de qui vient il?

Du pipeau flûte

  • Qui est le vrai le patron de cette société et qui sont ces vrais détenteurs ?
  • Dans les comptes de qui atterrissent les prêts accordés par les banques à Olam-Gabon ?
  • Qui sont les vrais propriétaires des 300 000 hectares de terre d’Olam-Gabon, l’Etat ou la société privée ?
  • Que touche Monsieur GAGAN GUPTA, le Directeur général d’Olam Gabon pour jouer les devantures pour le compte de l’état gabonais ?
  • Que gagne ceux qui à la présidence gabonaise sont à la base de ce qui pourrait prendre la tournure d’une grande escroquerie internationale entre deux continents au détriment du Gabon, de ces populations et surtout  des caisses publics du pays ?
  • qui a payé les émoluments du chanteur Américain « R.Kelly » pour sa prestation lors de l’inauguration de Zone Economique Spéciale de Nkok ?
  • En cas  de défaillance de la société « Olam-Gabon », qui se substituera à elle pour payer les dettes?

Des pigeonneaux de génération en génération ?
La double peine en perspective, l’argent, les terres pour OLAM et les dettes pour le Gabon.  Après le dossier AFRIJET (famille Corse TOMI) et bien d’autres encore,  cela ne fait qu’une énième folie que des générations futures devront  aussi supporter.

 

A.M. Dworaczek-Bendome

Montage : RD-graphsime.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.