lundi, novembre 30, 2020
ActualitéSocial

GABON, LA FRONDE ESTUDIANTINE ATTEINT LE BERCEAU DE LA FAMILLE BONGO!

GABON, LA FRONDE ESTUDIANTINE ATTEINT LE BERCEAU DE LA FAMILLE BONGO!

 

Décidément, rien ne va  entre le président Gabonais, son gouvernement et les étudiants. L’éternel sourire qu’arbore le premier ministre gabonais, monsieur Ndong Sima ne change rien à la donne actuelle dans le pays, ses pansements sur une jambe de bois n’ont jamais été une solution. On peut masquer une réalité pour un temps mais on ne peut l’effacer totalement malgré l’utilisation de subterfuges.  La communication à outrance en faveurs de l’émergent en chef et sa moitié n’y font rien, il y a pas de miracles.

 

Les faits, rien que les faits.

Après les frondeurs de l’université Omar Bongo de Libreville , maintenant l’outrecuidance de ces jeunes arrive au cœur du sanctuaire de la famille au pourvoir. En effet,  les étudiants de l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) de Franceville, province du Haut-Ogooué ont emboîte le pas à leurs collègues de la capitale Gabonaise.

Et oui, on se plaint aussi au sein du berceau de la famille des détenteurs du pourvoir au Gabon depuis 45 ans.  Ces étudiants de Franceville expriment à leur tour un râle ras le bol qui est présent dans l’ensemble de la société gabonaise. Le “mal vivre” ne choisi pas, à part quelques privilégiés subtilement  sélectionnés par le pouvoir dans le seul but  de garder une main-mise totale sur les populations, la majorité des peuples qui composent le Gabon souffre. Qu’importe des banques anglaises et des institutions étrangères qui encensent  la gouvernance du chef de l’état en chantant ces bienfaits… Au Gabon, le peuple attend toujours et les étudiants de Libreville et maintenant de Franceville crient  tout haut ce que chacun mormone tout bas.

 

Si pour les événements de Libreville, les autorités peuvent se permettre de rire et même de se moquer du malaise de la jeunesse, concernant Franceville, la province reçu en héritage par  l’omni-président Ali Bongo Ondimba, va t’on aussi prendre ces cris de désespoir  pour  des manigances élaborées en sous mains par l’opposition ?

 
– le  21 mai 2012 à Libreville, les étudiants de l’Université Omar Bongo (UOB) ont battu le bitume, remis un manifeste au Premier ministre Raymond Ndong Sima, dans ce document, ils protestent contre l’intrusion du politique dans la gestion de leur institution et contre l’exclusion de leurs condisciples et la peur de perdre toute année universitaire.
– Le 23 mai 2012, les étudiants de l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) de Franceville ont suivi à leur tour, motif invoqué par ces derniers, ils manifestent contre l’exclusion de leur camarde, à quelques semaines la fin de l’année.

 

Combien de temps encore ces enfants issus pour la majorité des classes populaires feront les frais d’un régime qui ne sait que privilégié les possédants et lèse toujours un plus encore les plus faibles !

 

A.M. Dworaczek-Bendome

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.