mardi, mai 26, 2020
ActualitéSocial

GABON – LES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTE

 

GABON –   LES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTE

 

 

INSALUBRITÉ 
On ne dénoncera jamais assez le manque flagrant d’une gestion d’état claire et coordonnée au Gabon. En effet, les commissariats du pays et plus particulièrement celles de la capitale  sont des monuments  d’échec d’un système qui marche sur la têteAinsi, dans ces lieux de privation de liberté, coupables ou simple témoins, Les gardés à vue croupissent  dans une insalubrité complète. Dès que la porte se referme sur vous, vous atterrissez dans un autre monde, urine, déjections humaines, vomissements vous accueillent à bras ouvert.

 

Les prisons n’y échappent pas. Les mots manquent pour dénoncer l’inhumanité qui règne. On transforme des hommes et des femmes en des animaux.
De surcroit, la prison centrale  de Libreville a été construite avant l’indépendance, avec une capacité d’accueil de 300 places.
Et pourtant, 51 ans après  l’accession à l’indépendance du pays, elle accueille encore aujourd’hui, plus de 1500 détenus entassés les uns sur les autres.

 

Bien-sûr  que le régime actuel n’est pas responsable de tous les maux, cependant, après les 42 ans du défunt président OMAR BONGO ONDIMBA, son successeur  avait l’obligation de rectifier, redresser voire d’établir un nouveau schéma de gestion plus en conformité, afin de doter le pays d’infrastructures plus en adéquation au standard du reste du monde.
Presque 3 ans après son accès à la magistrature suprême, ALI BONGO ONDIMBA qui se targue d’être le président le plus moderne que le Gabon ait eu à sa tête n’ a pas apporté la modernité dans sa manière de gérer le pays. Le vrai changement, on l’attend encore. D’ailleurs, de  quoi peut-on se vanter  au  bout de ces quelques mois,  à part vendre jusqu’à l’indigestion le slogan « Emergence, Emergence », qui sert à  magnifier ou qualifier  ses faits et gestes,  les commissariats et des prisons sont toujours les oubliés par rapport aux  millions qui sont dépensés en Amérique,en France,  en faveur de  l’UNESCO, pour la garde robe Madame Sylvia Bongo (1 million), etc… Petit état d’Afrique centrale qui compte moins de 2 millions d’habitants  et dont les ressources naturelles ont permis à ces gouvernants de devenir  plus riches les uns  les autres, le diagnostic est fait depuis longtemps, le remède  existe.

 

 

Mais hier comme aujourd’hui, on continu à baigner dans une incohérence manifeste de la gestion publique, une utilisation  injudicieuse  des fonds publics, sans oublier les ravages  du  “SYNDROME DE CLEPTOMANIE AIGUË”, cette terrible   maladie  qui frappe la majorité de ceux qui participent à la gestion de l’état.  il est  temps que l’état Gabonais, à travers ces dirigeants fasse quelque chose pour changer cette situation qui ne glorifie en rien ce pays, et encore moins sa riche élite au pouvoir.

 

 

Am dworaczek-bendome

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.