ActualitéSociété

ALI BONGO, APRES LA CAN, UN NOUVEAU 1ER MINISTRE, EN AVANT POUR 2016 !

 

ALI BONGO, APRES LA CAN, UN NOUVEAU 1ER MINISTRE, EN AVANT POUR 2016 !

 

 

 

“L’ETAT DE GRACE  POUR ALI BONGO !”

 

Il a de la chance, le président du Gabon, depuis son élection à la tête de l’état, malgré les bourdes monumentales, les approximatifs, des maladresses à  ne plus en finir, une grande désinvolture et le très  peu d’attention accordée aux questions sociales et démocratique, il n’empêche qu’aujourd’hui, c’est à nouveau lui qui mène la danse.

 

Deux raisons principales :

1)       Il y a eu d’abord, la  coupe d’Afrique des nations, co-organisé en partage avec la république de Guinée-Equatoriale qui a été une véritable fête populaire, son équipe de communiquant a bien flairé la chose, ils l’ont petit à petit transformé dans les médias nationaux et internationaux comme étant un satisfecit du peuple envers le président ALI BONGO.

 

2)       le changement de 1 er ministre, en la personne de Monsieur Raymond NDONG SIMA, issu de la province du Woleu-Ntem vient renforcer ce sentiment que les choses bougent dans le pays.  Il y a encore quarante huit heures, la règle non écrite prévalait et voulait que tout 1er ministre du Gabon soit issu de la région de l’Estuaire, région d’origine du 1er président du Gabon, Monsieur LEON MBA MINKO. Plus de quarante quatre années, après l’instauration de ce modèle “arbitraire”  de gestion de l’état  par Omar Bongo Ondimba, le père d’Ali Bongo, son fils a décidé d’y mettre fin, et tant mieux pour la démocratie.

 

Ces deux évènements qui ont captés toute  l’attention des populations,  le replace en bonne place, tant dans l’opinion nationale qu’internationale. Il peut  maintenant voir venir , à condition bien-sûr qu’aucun évènement sérieux ne se pointe à l’horizon et que son gouvernement “de coacher depuis le bord de mer”  joue  parfaitement sa partition. Il pourra  tenter un nouveau mandat en 2016 , avec des arguments à l’appui.

 

Le tableau n’est cependant pas idyllique sur tous les points. La démocratie obtenue de haute lutte dans les années 1990 a été liquidée  au nom du pragmatisme, la cour constitutionnelle, l’assemblée nationale, l’organe nationale chargé de la communication, etc…., les grands corps d’état, toutes les organes décisionnaires, à toutes les échelles de la société ainsi que le quadrillage du pays par le parti état sont des  signes qui  ne  peuvent raisonnablement pas  favoriser une alternance éventuelle  dans quatre ans.

 

ALI BONGO, APRES LA CAN, UN NOUVEAU 1ER MINISTRE, EN AVANT POUR 2016 !

 

Maintenant, si ceux qui aspirent à un changement de société le veulent un jour, d’ici 2016, ils ont intérêts à se réunir, sortir des discours, être enfin présent où le peuple les attend et dans les actes concrets. Cela exige du réalisme et la fin du bal des égos, les forces démocratiques, les oppositions divers et le peuple devront mettre des bouchées doubles s’ils veulent espérer contrer le présidentiel actuel, avec de sérieuse chance, autre que faire de la figuration.

 

L’engouement de la CAN et le changement de 1er Ministre  tiendront t’ils  dans le temps, si l’emploi, le logement, la nourriture, sécurité etc…  demeurent absents.

 

Qui vivra, verra !

 

A.M. Dworaczek-Bendome

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.