dimanche, février 28, 2021
Actualité

GABON, BIENS MAL ACQUIS, PLAINTE ETAT GABONAIS CONTRE MIKE JOCKTANE EST-CE BIEN OPPORTUN !

 

jocktane plainte

 

Plus nuisible qu’utile, cette élite du pouvoir au Gabon,  sort ses grives, dès que la moindre vérité risque de venir conforter les déclarations qui la mette en indélicatesse avec ses protecteurs “Français”.

 

Rappel des faits :

Monsieur M. Jocktane poursuivi par la justice pour atteinte au crédit de la république et au prestige des ses institutions.

Xavier Harel et Thomas Hofnung, deux journalistes révèlent dans le livre “Le scandale des biens mal acquis“, paru aux éditions La Découverte, que le défunt président gabonais OMAR BONGO ONDIMBA avait participé au” financement de la campagne présidentielle 2007, du candidat UMP de l’époque, Monsieur Nicolas Sarkozy“.

Ce fait très important  aurait été confirmé par Monsieur Mike Jocktane, conseiller de ce dernier à la présidence gabonaise de 2005 à 2009, d’abord comme Conseiller Personnel du feu Président Omar Bongo Ondimba et par son Directeur de cabinet adjoint du Président de la République, ce dernier poste, il l’occupera jusqu’à la fin de la période de transition politique,  après le décès de ce dernier, le 8 juin 2009 à Barcelone (Espagne), il avait 73 ans.

L’indécent haro sur un homme, sur instigation du pouvoir en place. On rivalise d’anathèmes  pour en faire une personne peu recommandable, mais pourquoi?

 Qu’est-ce qu’il a affirmé, qui n’avait jamais été dit ou écrit ” ?

  • Que d’autres aient à loisir mis sur la place publique en France, en particulier, les tribulations et le comportement D’OMAR BONGO ONDIMBA et de sa descendance, cela ne dérangeait pas grand monde, mais qu’un autochtone gabonais sollicité par les journalistes vienne  à son tour livré sa part de vérité, on crie au crime de lèse majesté, on se moque de qui ? Est-ce le fait d’être noir ou africain qui donne le droit de se comporter envers lui avec cette hargne?

Vont-ils aussi portés  plaintes contre :

  • Survie
  • Sherpa
  • New York Times
  • CCFD
  • ABC NEWS
  • LE SENAT AMERICAIN (pour outrage à la République)

FRANCE-GABON.

Recherche de Justice ou  simple intimidation, devant ce qu’il faut bien appeler “la raison d’État”, en république Monarchique du Gabon, on est plus à une contradiction près. Même si les faits ne sont pas étayés par des preuves, dans les cas de corruption, c’est parole contre parole, que les autorités gabonaises et françaises amènent la preuve que Monsieur Mike Jocktane mente, que c’est de la pure calomnie, tant que ce n’est pas le cas, il y en a “UN” qui ment.

Qui a plus à perdre dans cette histoire ?

L’état Gabonais, représenté aujourd’hui par le fils du défunt président, Monsieur ALI BEN BONGO ONDIMBA utilise la justice  du pays à des fins personnelle  pour faire taire ceux dont les propos dérangent, en l’occurrence, Monsieur Mike Jocktane.

Sortie de son placard doré, L’ex- grande argentière du palais du bord de mer et fille Omar Bongo Ondimba, Madame Pascaline Bongo Ondimba, épouse TOUNGUI,  qui pendant la campagne présidentielle de 2007, en France, le 14 janvier 2007 au grand meeting de l’UMP,  était assise dans les premiers rangs,  aux places réservés aux grands donateurs du parti UMP.

Monsieur Pierre Péan, dans son livre “la république des mallettes” a écrit que Monsieur Sarkozy avait bien bénéficié de l’argent africain pour financer sa campagne de 2007.

SIMPLE COÏNCIDENCE :

La première visite  de Nicolas Sarkozy  en tant que nouveau président élu de la France s’accompagne de l’ annonce de la réduction de 20% de la dette bilatérale du Gabon, une décote exceptionnelle qui ressemble fort à un ’’renvoi d’ascenseur !

Qu’est ce qui suscite l’ire des autorités politiques?

Partant du fait que les informations attribuées à Monsieur Jocktane ont été maintes fois répétées, les fins connaisseurs des écœurantes pratiques de la classe politique Gabonaise, à une virgule près, écrivent bien plus de choses sur les régimes en place au Gabon que la “petite confirmation de Monsieur Jocktane passerait pour “UN non évènement“, qu’est ce qui peut justifier l’agitation de ces derniers jours, n’avons nous  pas le cœur tranquille ?

Dédoublement de personnalité !

La Profonde indignation de Madame Pascaline  Bongo Ondimba, épouse TOUNGUI PAUL… Elle aurait mieux fait de se taire, que vaut le  démentie de celle qui a été reléguée au simple rang de faire valoir depuis le 16 octobre 2009 . 

 

  • Voila ce qui porte atteinte  au crédit de la république et au prestige des ses institutions :

Madame Pascaline  bongo ondimba, épouse Toungui, fille aînée d’Omar Bongo, par une  note de Tracfin, on apprend qu’elle a achetée  en mars 2009 pour plus de 158.000 euros d’Armagnac soit 103,641.21 millions de Fcfa, par ces  dépenses en fort contradiction avec la dure vie quotidienne de la population gabonaise.

 

  • Voila ce qui porte atteinte  au crédit de la république et au prestige des ses institutions :                  Alors que la jeunesse gabonaise, les chefs de familles sont sans emplois, etc… Madame Pascaline  bongo ondimba, épouse TOUNGUI joue de son positionnement personnel dans le clan des BONGO ONDIMBA pour que son époux occupe le  poste de Ministre des Affaires Etrangères, alors que chacun sait, et ce n’est un secret pour personne, que toute la politique étrangère D’ALI BONGO ONDIMBA se décide au palais du bord de mer. Son époux touche donc indûment, chaque mois, un confortable salaire et tous les avantages qui vont avec le poste “presque fictif”.  De l’autre côté,  une grande partie de la population demeure dans la précarité. Arrangement familial au mépris de l’intérêt commun, des peuples du Gabon, du nord au sud, de l’est à l’ouest et au centre. Le manque d’emploi fait parti des premiers causes qui déstabilise les 70% des gabonais, qui vivent faut-il encore l’écrire avec moins 2 dollars par jour.

 

  • Voila ce qui porte atteinte  au crédit de la république et au prestige des ses institutions :

Madame FLORE BONGO ONDIMBA, épouse, JEAN-CLAUDE BALOCHE, demi-sœur du président gabonais Ali bongo ondimba, qui ne s’est pas gênée pour dépenser entre avril 2010 et avril 2011 plus de 1.037.500 euros, soit 680.227 millions de FCFA, en haute couture, bijoux et billets d’avion.

et pendant, ce temps, dans le pays il manque l’argent pour l’achat des médicaments, constructions et entretiens des centres de santé, la construction des nouvelles salles de classe  et des bancs/tables pour les écoles existantes, des fontaines d’eau potables,  de l’électricité, du matériel agricole au paysans pour mieux travailler la terre, des semences, des engrais, etc..

 

  • Voila ce qui porte atteinte  au crédit de la république et au prestige des ses institutions :

CHRISTIAN CLAUDE BONGO, frère, D’ALI BONGO ONDIMBA et  banquier de profession, il a acheté fin 2010, via une « SCI », un appartement dans le triangle d’or de Paris, rue de Ponthieu, pour près de 2 millions. Sur ses comptes arrivent des fonds en provenance de « sociétés publiques gabonaises », voire d’ambassades du Gabon à l’étranger. Dans pays, il manque des routes, des ponts, sans oublier les fameux  “logements arlésiennes” qui n’arrivent toujours pas  et  de l’autre côté, le gouvernement  démolit les bicoques des simples gens qui n’ont plus que yeux pour pleurer.

 

  • Voila ce qui porte atteinte  au crédit de la république et au prestige des ses institutions :

SYLVIA  BONGO ONDIMBA, L’EPOUSE D’ALI BONGO ONDIMBA, “entre avril 2010 et avril 2011” ,  elle a copieusement fait chauffer avec ses cartes  « AMERICAN EXPRESS,926 000 euros se sont envolés, dont 132 000 chez « Van Cleef » et 144 000 chez « Hermès ». C’est avec type d’information qu’on  comprend mieux que nous vivons sous la coupe des personnes à la moralité plus que douteuse, qui se foutent  de bien  nous, nous jouent les uns les autres de la comédie, la duplicité, la tromperie est leur seconde nature. Presque 1 million d’euros en babiole, rien n’est trop chère, ni trop beau pour ces gens, qui s’assemble, se ressemble.

 

  • Voila ce qui porte atteinte  au crédit de la république et au prestige des ses institutions :

ORIGINE DES FONDS  dits “HORS BUDGETS”

OMAR BONGO mort, .ALI BONGO est désormais le chef de l’Etat. Et comme son père, ce dernier se fait verser, sur ses comptes personnels, des centaines de milliers d’euros, a relevé « Tracfin ».

A l’époque D’OMAR BONGO, Chaque année, une allocation budgétaire de  8,5 %, était prélevée dans le  budget gabonais et réservée au président, à titre personnel. Ce type de pratique ne semble pas avoir disparu, ce qui confirme encore aujourd’hui, deux années, après le décès de l’ancien président que Les fonds gouvernementaux du Gabon sont bien la source première des avoirs se trouvant sur les comptes d’Omar Bongo et de sa famille.

 

Ce racket institué par un clan et leurs complices (privés et publics)  dépasse la seule personne de Monsieur MIKE JOCKTANE, c’est-à-dire, l’accaparation, le vol, le recel des biens d’un pays par un petit groupe avec l’accord tacite d’une grande puissance mondiale (la France), état qui se dit ami et dont les leaders depuis plus de cinquante années, s’entendent et se partagent les richesses, on oubliant royalement les populations issues du pays.

 

Malgré les conditions pittoresques d’accession au pouvoir D’ALI BONGO ONDIMBA, il fallait sauvegarder la paix, éviter des conflits qui auraient entrainés des conséquences encore plus  graves pour les populations, alors qu’elle qui souffrent déjà trop. Le silence a été pris comme un recule et un blanc seeing à leur faveur, pour continuer à  faire du Gabon une chasse personnelle.

Espérons qu’après la part personnel de vérité  de monsieur MIKE JACKTANE, d’autres personnalités qui hésitent  à livrer la leur,  le feront également.

Les gabonais ont le droit de savoir ce qui se passe dans ce pays pendant qu’eux soufrent.

LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP, LES MASQUES DOIVENT TOMBER.

 

 

A.M Dworaczek-Bendome

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.