mercredi, janvier 27, 2021
Actualité

Les aveux partiels du repenti de la France à fric

 

Les aveux  partiels du  repenti de la France à fric

Contexte : Le 11 septembre 2011,  le journal du dimanche publiait des révélations de Monsieur Robert  BOURGI, concernant  des sommes très importantes qui auraient circulées  entre la France et certains  états  africains francophones.

 

 Plus besoin de présenter cet intermédiaire officieux et désormais “officiel”de la France, ce lieutenant de la mafia « France à fric », autoproclamé héritier de Mr Jacques Foccart, l’homme que Le Général  de Gaulle avait confié la mission de sauvegarder  les intérêts de la France dans ces anciennes colonies, en échange d’indépendances  de façades accordées à ces indigènes.  Ce monsieur dont la conscience ne s’est réveillé que trente années plus tard parce que  ces intérêts personnels semblaient  menacés.

 

Affirme et réaffirme dans tous les médias de France, “Par mon  intermédiaire, cinq chefs d’État africains,  Abdoulaye Wade (Sénéga)l,  Blaise Compaoré (Burkina Faso),  Laurent Gbagbo (Côte d’Ivoire), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et enfin Omar Bongo (Gabon), Ont adressés des mallettes  remplis d’argent aux hommes politique français”

 

 je cite,” Monsieur de VILLEPIN, on le surnommait “MAMADOU”, Monsieur CHIRAC  “DAVIN “.


   • GABON, PLAINTE  OU PAS  ?

 On aurait aimé que les autorités Gabonaises portent  plainte contre cet individu,qu’une vraie  enquête se fasse, que l’on puisse trier    entre des simples allégations et la vérité. Que chacun sache ce qui se trame derrière l’amitié France-Gabon,  quelles sont les vrais intérêts que chaque camps défend et préserve. Hélas, ce ne sera pas possible, car, au moment même de ces entretiens aux différents médias, Monsieur Robert  BOURGI  était toujours un obligé d’Ali Bongo Ondimba et de Nicolas SARKOSY

 

Concernant le Gabon, certes, Monsieur Omar Bongo Ondimba est mort, mais ceux qui ont  travaillés étroitement avec lui son là encore, et eux pouvaient témoigner :

1- Madame MFERRI BONGO ONDIMBA, à l’époque conseillère de son père, elle était au courant de l’essentielle.

Après son décès , Madame Pascaline Mferri Bongo-Ondimba, elle a continuée  à occuper  des postes importants au sein de l’Exécutif

 

2- Monsieur Essonghé Michel,   très proche confident et  conseiller du défunt président Omar Bongo Ondimba. Aujourd’hui, Monsieur Michel Essonghé  est proche  collaborateur d’Ali.

 

3- Monsieur  Eric CHESNEL,  Un autre incontournable du temps d’Omar Bongo Ondimba, qui, après une petite  éclipse est revenu en première ligne, Monsieur  l’actuel Secrétaire Général adjoint 2 de la présidence du Gabon.

 

  Comment ne pas déplorer cette attitude de ceux qui sont au commande du pays, voilà une belle occasion de rater, les dirigeants avaient là une opportunité pour montrer au monde entier que le Gabon avait  rénové  sa coopération avec la France, hélas,  “non”. Ils  ont juste lâchés un bref communiqué, la gène peut-être devant un deal honteux.

 

L’élite politique de la française avait  fait allégeance à Mr Omar Bongo en échange d’une spoliation organisée au détriment des peuples du Gabon. Un français qui connait bien cette univers disait  » si ne n’est pas nous, ce sont les chinois ».

Voilà, le reniement au grand jour, tel qu’il était dans les actes

 

• Un microcosme de dévoyé, un deal inique  sur les dos des peuples, ce sont des femmes, des enfants qui paient le prix de  ce  cynisme de la part des deux parties. L’argent de la coopération  censé aller aider au développement des pays, mais va  plutôt enrichir quelques potentats locaux, et l’autre partie revient via les mallettes transportées par Mr  Bourgi pour financer les hommes politiques français.

 

  Avec les déclarations  de Monsieur BOURGI, la citadelle a commencée  à sortir quelques  secrets, un jour peut-être sur instigation directe des peuples Africains et du Gabon plus singulièrement, il sera connu l’ensemble  des chemins nauséabonds de la corruption entre la France -Gabon/de la France-

Afrique

 

A.M. Dworaczek-Bendome

 

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.